La comédienne n’est jamais très loin de la chanteuse, confie Isabelle Cyr qui convie le public de l’Acadie à un voyage musical et poétique avec son nouveau spectacle inspiré de son plus récent album Brûle sur mes lèvres.

«J’ai des papillons dans le ventre», s’exclame l’auteure-compositrice-interprète qui revient chez elle en Acadie afin d’offrir son concert.

«Je suis tellement contente de pouvoir enfin le présenter parce que c’est un spectacle qui a été longuement mûri et que j’avais tellement hâte de pouvoir le présenter parce qu’avec la pandémie quand tout s’est arrêté, je me disais je n’aurais pas la chance de le faire et finalement, les choses se sont enclenchées à partir du moment où j’ai pu faire la captation», a déclaré la chanteuse, musicienne, comédienne et scénariste.

Mélange de poésie, de chansons, de contes et d’harmonies vocales survolant son répertoire, la musicienne propose un concert intime entouré de son amoureux, le multi-instrumentiste Yves Marchand, et de la violoncelliste Élisabeth Giroux. Elle propose non seulement les pièces de son plus récent album rempli de délicatesse, mais aussi d’autres chansons de son répertoire un peu moins connues. C’est plus qu’un tour de chant, assure l’artiste.

«C’est un peu à l’instar de ce que faisaient les Clémence Desrochers à l’époque, c’est-à-dire que la comédienne n’est jamais très loin non plus de la musicienne. Il y a beaucoup d’histoires qui sont racontées et d’interactions avec le public.»

«C’est un véritable voyage. J’ai conçu le spectacle pour amener les gens quelque part surtout dans le contexte dans lequel on est. C’est un spectacle que je voulais absolument qu’il fasse du bien.»

D’après l’artiste qui a déjà présenté son concert une douzaine de fois au Québec, les spectateurs sortent de la salle à la fois comblés et émus. «Ils ont ri, ils ont pleuré et ils ont vécu un beau moment en musique et en émotion.»

Ce spectacle qui a d’abord été capté pour la caméra a été diffusé via le Centre de la francophonie des Amériques et de la Délégation générale du Québec, à Mexico, devant plus de 6000 personnes. La chanteuse tenait aussi à pouvoir le présenter sur scène devant un public.

«C’est bien beau en virtuel, mais y a rien comme le live pour pouvoir le vivre. C’est vraiment un spectacle à la rencontre du public. Ça fait du bien à l’actrice, à la musicienne de pouvoir être sur scène et d’entrer en contact avec le public.»

Quelque chose d’unique

Pour Isabelle Cyr, sa force motrice demeure la création que ce soit comme comédienne, scénariste, directrice artistique ou auteure-compositrice-interprète.

«C’est ça qui donne l’élan à tout le reste. Quand je suis en période de création, tout d’un coup, tout devient possible dans ma tête… Tout part tout le temps de la création et à partir de là, la comédienne prend vie, la metteure en scène prend vie, la musicienne prend vie.»

Celle qui assurera la direction artistique des prochains Éloizes à Petit-Rocher, du 28 septembre au 1er octobre, a déjà commencé à élaborer la programmation. Un véritable plaisir qui lui permettra de créer un événement unique pour le public, estime-t-elle. La programmation sera annoncé vers la fin août.

«On est très avancé. Je suis très excitée. Ça va être un beau festival culturel sous la couleur des retrouvailles non seulement entre les artistes, mais aussi avec le public.»

Après avoir créé la musique avec Yves Marchand du documentaire Femmes capitaines de Phil Comeau, l’inspiration lui est venue pour composer de nouvelles chansons. «Ça bouillonne là-dedans!», confie-t-elle.

Isabelle Cyr entreprend sa tournée au Nouveau-Brunswick, le 6 mai, au Studio 65 à Madran. Elle s’arrêtera ensuite à la Caserne de Dieppe, le 7 mai et le 8 mai à l’École régionale de Baie Sainte-Anne; village natal de sa mère ayant nourri l’imaginaire de l’enfance de l’artiste.

Les cinéphiles pourront aussi voir la comédienne au grand écran en 2023, dans un long métrage de fiction sur l’immigration, Le Ventre de Bassima, de Babek Aliassa.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle