Transformant les salles de spectacle en véritable plancher de danse, le groupe louisianais The Revelers débarque au Nouveau-Brunswick avec sa fougue et une musique puisant dans ses racines francophones et les diverses influences liées au «swamp pop» (pop des bayous).

«Il faut apporter vos souliers de danse!», déclare Blake Miller du groupe The Revelers qui promet de faire trembler le plancher des salles de spectacle.

L’Acadie Nouvelle a rencontré quelques membres du sextuor à quelques heures de leur prestation au théâtre du Monument-Lefebvre à Memramcook mercredi. Avec trois albums et deux micros disques à son actif, cette formation qui a déjà été nommée aux Prix Grammy sillonne les routes du Québec et de l’Acadie pour la première fois. Leur périple a débuté aux Francos à Montréal et se terminera à Petite-Vallée en Gaspésie. Entre les deux, ils effectuent une longue escale dans le sud du Nouveau-Brunswick. En plus de présenter trois spectacles, le groupe offre des formations au camp de musique, de danse et de cuisine cajun Chaudière noire au Centre des arts et de la culture de Dieppe du 23 au 26 juin.

Blake Miller et Chas Justus espéraient ce voyage depuis trois ans, mais pour les raisons que l’on connaît leur tournée a été reportée à plusieurs reprises.

«C’est pour les liens que nous avons et ce sont nos cousins… et aussi pour les pétoncles», lance-t-il dans un grand rire.

Les musiciens qui chantent tous dans le groupe ont formé The Revelers il y a une dizaine d’années. Originaires de différentes villes du sud des États-Unis , Lafayette, Memphis, Jacksonville, Atlanta, Baton Rouge, leurs chemins se sont croisés pour former The Revelers.

«C’était vraiment organique. C’est arrivé bien naturellement. On était dans la même place, avec le bon temps et ç’a commencé.»

Ce sont aussi des membres fondateurs des groupes Red Stick Ramblers et des Pine Leaf Boys. Ils jouent tous aussi avec d’autres formations.

«À Lafayette particulièrement, on dit qu’il y a 200 bands, mais seulement une vingtaine de musiciens», fait remarquer Blake Miller.
Originaire de Iota, un petit village de la paroisse de l’Acadie, l’accordéoniste a toujours été entouré de la culture et de la musique cajun. Il détient un diplôme en études francophones de l’Université de la Louisiane à Lafayette. C’est ainsi qu’il a commencé à écrire des chansons en français.

«Pour moi, je veux faire des chansons qui vont faire le monde danser. […] J’aime croire que tout le monde aime danser.»

Tous les membres du groupe collaborent à l’écriture des chansons. Chas Justus, le guitariste, originaire de Memphis, apporte le côté blues et honky tonk et il compose surtout en anglais. Établi en Louisiane depuis 20 ans, il a joué beaucoup de musique cajun, ce qui lui a permis d’apprendre un peu de Français. Leur style est métissé offrant ainsi un gumbo musical puisant dans le swamp pop, le rock, le blues, le cadien, le country et le zydeco, souligne Blake Miller. La guitare, la basse et la batterie côtoient l’accordéon, le violon et le saxophone.

The Revelers qui offrira de la formation au camp Chaudière noire à Dieppe veut avant tout faire voyager sa musique et partager sa culture avec le plus de gens possible. En Louisiane, le groupe organise annuellement un camp de formation musical et culturel qui rassemble plus d’une centaine de participants.

«On va jouer de la musique et on va essayer de montrer des tounes à l’accordéon et au violon tous ensemble. On va danser, on va manger.»

Une quarantaine de personnes sont inscrites au camp Chaudière noire. La musique cajun est à l’honneur. Winston band du Québec et le duo Nadine et Sammy de la Gaspésie figurent aussi parmi les formateurs. Un grand spectacle extérieur à la Place 1604 qui réunira les trois groupes est présenté le samedi 25 juin pour célébrer la Saint-Jean-Baptiste.

Quant à The Revelers, il sera aussi en concert le dimanche 26 juin au Euston Park à la Plage Parlee à Shediac. Le groupe rassemble aussi Chris Miller, Glenn Fields, Daniel Coolik et Trey Boudreaux.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle