Treize musiciens originaires de six pays différents seront à Lac-Baker afin de participer à la deuxième édition du Festival de musique de chambre.

La Russie, la Corée du Sud, le Mexique, le Vénézuela, le Brésil et le Canada seront représentés lors de cet événement mettant en vedette la musique classique sous toutes ses formes, le tout dans l’intimité de l’église de la paroisse Saint-Thomas-d’Aquin à quelques mètres du lac Baker.

Selon la directrice artistique du festival et violoniste, Sarah Harrigan, les musiciens en question sont déjà établis au Nouveau-Brunswick. La plupart des participants sont enseignants au sein du programme Sistema NB.

«Il y a une bonne variété de musiciens de différentes cultures au Nouveau-Brunswick et les gens ne savent pas vraiment que l’on a tous ces musiciens ici. En tant que directrice artistique, je veux faire découvrir ces musiciens qui proviennent de différents “backgrounds”.»

«Je veux faire réaliser aux gens qu’ils n’ont pas besoin d’aller loin pour découvrir des artistes de talent.»

Sarah Harrigan reconnaît que les occasions pour des musiciens comme elle sont plus limitées au Nouveau-Brunswick et plus particulièrement dans le nord de la province.

Selon elle, l’un des objectifs du festival est également d’offrir une chance de plus aux musiciens de faire valoir leurs talents et de permettre à la communauté d’avoir accès à de la musique du genre.

«C’est plutôt rare d’avoir ça dans le Nord, car les organisations de musique provinciales sont plus dans le sud de la province.»

Mme Harrigan a organisé son tout premier festival l’an dernier. Selon elle, ses souvenirs de Lac-Baker et de son église l’ont convaincu de tenir l’événement à cet endroit.

«J’ai toujours passé mes étés au lac (lac Baker). Je voyais l’église et je voyais le potentiel qu’elle avait. Il y a quelques années, je suis entrée dans l’église pour y entendre les acoustiques. J’ai joué un peu dedans et j’ai trouvé ça incroyable. L’idée d’y faire des concerts a longtemps mijoté dans ma tête et quand la COVID-19 est arrivée, j’ai eu plus de temps pour mettre cette idée en place», a raconté Sarah Harrigan.

Le festival aura lieu du 5 au 7 août. Le coût des billets pour chacun des trois concerts est de 20$ (à l’avance) et de 25$ (au guichet), alors que les étudiants pourront se procurer des billets au coût de 10$. Il est également possible de se procurer des billets auprès des organisateurs du Festival ou en visitant le www.fmclacbaker.com.

Au programme, il y aura trois concerts qui offriront une variété de styles et d’instruments au sein même de l’univers de la musique classique.

«On aura toujours les cordes comme le violon alto et le violoncelle, mais on aura aussi une variété d’instruments comme la guitare, le clavier et la clarinette. On a toujours quelque chose pour présenter la variété qui existe en musique classique.»

Intitulé Les Quatre saisons de Vivaldi, le premier concert aura lieu le 5 août, dès 19h. Durant cette soirée, les gens pourront entendre l’une des œuvres les plus célèbres de la musique classique. Cependant, Sarah Harrigan indique qu’un élément permettra de rendre ce concert unique.

«L’un des musiciens en vedette durant le festival, soit le violoncelliste Jaeyoung Chong, a composé quelques pièces intitulées Between the Seasons, ce qui permettra de relier les saisons de Vivaldi», indique-t-elle.

Le lendemain, toujours sur le coup de 19h, les spectateurs se laisseront transporter en Amérique latine.

«Durant cette soirée, on pourra entendre un mélange d’œuvres qui passera du tango argentin à la samba du Brésil. On aura la chanteuse originaire du Venezuela, Arianny Vicent, un guitariste originaire de Grand-Sault, Cédric Thériault, et tous les musiciens en résidence», a expliqué la directrice artistique.

Le dernier concert sera présenté le dimanche 7 août, à compter de 14h. Cette prestation mettra en lumière la plus grande œuvre de musique de chambre de Félix Mendelssohn, soit son Octuor à cordes.

«Écrite lorsque son compositeur n’avait que 16 ans, cette pièce exprime l’énergie et l’optimisme de la jeunesse avec son écriture légère et remplie de passion. Puisque le thème de l’après-midi est axé sur la jeunesse, les spectateurs pourront entendre une œuvre de l’un des musiciens en résidence, le guitariste Cédric Thériault, ainsi que le Quatuor pour clarinette et cordes de Bernhard Crusell», a expliqué Sarah Harrigan.

Pour donner un avant-goût aux mélomanes, un concert communautaire gratuit aura lieu le mercredi 3 août, dès 14h, à la Plage municipale de Lac-Baker.

Outre le spectacle communautaire et l’ajout de musiciens par rapport à l’an dernier, la formule restera sensiblement la même, a rappelé Mme Harrigan.

«Il y a beaucoup de gens qui sont venus au premier festival et ç’a créé une belle atmosphère de collaboration. La communauté et les musiciens se sont impliqués dans le festival et ç’a été une raison de son succès.»

Qu’est-ce que la musique de chambre?

Le terme «musique de chambre» est le nom que l’on donne à un style de musique classique. Il décrit normalement une prestation plus intime, en opposition au traditionnel orchestre à grand déploiement.

«Il y a longtemps, les compositeurs écrivaient de la musique et invitaient leurs amis, dans une chambre du palais, pour y jouer de la musique. C’était toujours dans un environnement intime et accueillant», a expliqué Sarah Harrigan.

Selon elle, cette forme de musique donne l’occasion aux musiciens de mettre leur créativité à profit.

«C’est comme faire de la musique entre amis. On crée une connexion particulière entre musiciens et avec le public. Il n’y a pas de chef d’orchestre alors on doit être en mesure de s’impliquer comme musicien. La communication doit se faire sans parler. Tout est dans la gestuelle.»

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle