La 32e édition du Salon du livre de Dieppe se tiendra du 20 au 23 octobre. C’est la première fois depuis 2020 que l’événement a lieu en personne. Les visiteurs pourront rencontrer des auteurs de chair d’os et toucher des livres d’encre et de papier.

L’actuelle directrice du Salon du livre de Dieppe, Liette Paulin LeBlanc, a dévoilé pour la première fois la programmation de son événement en personne. Elle en a souligné les nouveautés: quatre stations équipées d’écouteurs donnant un avant-goût de livres audios et un café avec des conférences d’auteurs.

Les férus de littérature pourront aussi retrouver des activités qu’ils connaissent: le Passeport lecture qui permet à trois écoles d’acheter pour 1000$ de livres; le Marathon lecture grâce auquel de jeunes lecteurs reçoivent des prix; des tables rondes, des conférences, des entrevues, des soirées et des spectacles.

Les visiteurs pourront écouter et rencontrer 55 auteurs d’Acadie et de toute la francophonie, ainsi que des libraires et des éditeurs.

«Ce qu’il y a de bien dans un salon du livre, c’est que ce n’est pas juste des livres: c’est un écosystème, s’est enthousiasmé l’auteur Sébastien Lord-Émard. C’est une immense communauté de travailleurs culturels, de librairies, de maisons d’édition, de parents et d’enfants.»

Atout pour l’éducation

Le vice-président du Salon du livre de Dieppe, Abdelatif Imazitene, s’est également réjoui du prochain lancement de la 32e édition de l’événement. Celui-ci rythme la vie culturelle de Dieppe, mais surtout, il permet de partager et de transmettre le goût de la lecture, selon lui.

«Des milliers d’enfants du District [scolaire] francophone [sud] y sont accompagnés dans leur découverte de la lecture, a fait valoir M. Imazitene. Il est important que chacun puisse, dès le plus jeune âge, faire de la lecture un moment sacré. Celui-ci doit occuper une place prépondérante dans la vie des enfants, pour qu’une fois adultes, ils le vivent à nouveau de façon naturelle.»

Le maire de Dieppe, Yvon Lapierre, a aussi jugé le salon du livre important pour l’éducation.

«C’est un événement spécial pour grand-papa et ses petits-enfants, a raconté l’élu en référence à sa vie personnelle. J’y ai laissé bien souvent mon portefeuille! C’est tellement important pour l’éducation de nos jeunes.»

M. Lord-Émard a jugé que la plus grande ville francophone au Canada à l’extérieur du Québec gagne à avoir un salon du livre.

«Pendant cet événement, Dieppe devient une grande capitale, une capitale littéraire, une capitale culturelle pour les francophones de toutes origines. Évidemment, je dis ça dans les autres villes du Nouveau-Brunswick qui accueillent des salons du livre», a ri celui qui animait la conférence de lancement.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle