Lauréat du Prix France-Acadie 2022, Marc-André Comeau qui se passionne pour l’histoire acadienne depuis de nombreuses années, envisage d’écrire la suite de son premier livre Pêcheur normand, famille métisse.

Jamais Marc-André Comeau n’aurait imaginé recevoir cette distinction ni même être finaliste du Prix France-Acadie pour son premier livre qui relate l’histoire du peuplement de la baie des Chaleurs de 1680 à 1763, à travers le regard de la famille Mallet. Déjà en étant finaliste, il s’estimait privilégié. Il était en lice pour ce prix aux côtés des ouvrages Dire le silence d’Annette Boudreau, Dans l’accent de la baie de Mélanie LeBlanc et Le Nouveau-Brunswick avant le programme d’égalité sociale de Laurel Lewey, Louis J. Richard et Linda Turner. Le lauréat du Prix France-Acadie (volet sciences humaines) a été annoncé récemment par l’Association Amitiés France-Acadie. Le prix sera remis le 25 novembre à l’Ambassade du Canada à Paris. Lorsqu’il a reçu le courriel lui annonçant la nouvelle, le lauréat a eu du mal à y croire.

«J’ai ouvert le courriel que j’ai lu et relu. Je me suis demandé si c’était vrai… C’était un joyeux moment et quelque chose à fêter», a exprimé l’auteur originaire de Shippagan, visiblement ému de recevoir ce prix.

Celui qui travaille comme ingénieur à Ottawa a développé aussi une véritable passion pour l’histoire. Il revient toujours avec plaisir dans la Péninsule acadienne.

«Il y a toujours eu cet intérêt pour l’histoire surtout du Nouveau-Brunswick, de mon coin de pays, de savoir comment cette population-là s’est formée. J’ai appris des choses durant ma recherche que je n’ai pas retrouvé dans les autres livres d’histoire d’où mon intérêt à faire connaître cette histoire-là au grand public.»

Après avoir publié un premier article sur François Mallet (premier de la famille Mallet à s’établir de façon permanente dans la baie des Chaleurs, du côté de la Gaspésie) dans la revue de la Société historique Nicolas-Denys en 2009, il a eu envie de poursuivre ses recherches sur ses ancêtres normands du côté maternel en vue de publier un ouvrage complet. Il y a travaillé pendant plusieurs années. Après au moins quatre réécritures, de nombreuses vérifications historiques et évaluations d’experts, il a enfin publié son livre en 2021 (Septentrion).

Avant 1763, il n’y avait pas de séparation politique entre les deux rives de la baie des Chaleurs, précise-t-il.

«Toute cette baie-là, c’était un système socio-économique. Ça se visitait, il n’y avait pas de séparation. Ça a juste commencé à partir de 1763: il y a une ligne politique qui s’est tracée en plein milieu de la baie. Au nord c’était le Québec et au sud c’était la Nouvelle-Écosse. […] Ça m’intéressait de voir comment les gens ont vécu ça. Ce sera le sujet de mon prochain livre.»

Un mode de peuplement différent

L’auteur précise que le mode de peuplement de la baie des Chaleurs a été différent de celui des autres colonies de la Nouvelle-France. La région étant un peu laissée à elle-même. Elle a été habitée d’abord par des pêcheurs français saisonniers qui venaient dans la région. Certains d’entre eux ont choisi de s’y installer de façon permanente. Ils se sont unis avec des autochtones, principalement des Mi’kmaqs, et ont fondé des foyers. De là est née une communauté franco-métisse.

«À partir de 1758, les Acadiens du Sud qui fuyaient les Anglais se sont retrouvés dans la baie des Chaleurs et les deux Acadie se sont retrouvées face à face si on veut. Ça a pris plusieurs générations avant que les deux communautés se fondent l’une dans l’autre.»

Marc-André Comeau s’est donné comme défi d’amalgamer les événements historiques de la baie des Chaleurs et l’histoire familiale. La famille Mallet en est le fil conducteur. Il utilise cette famille de pêcheurs comme témoins de leur époque afin de mieux comprendre comment ils ont vécu les grands événements historiques.

«Il fallait doser le général avec le familial si on veut, donc ça m’a donné un peu de problèmes avec la structure parce que je voulais que ça coule de source et que ce ne soit pas juste une succession d’anecdotes, mais qu’il y ait vraiment une trame qui se suit.»

Pêcheur normand, famille métisse se termine en 1763 avec la fin de la Nouvelle-France. Son prochain livre portera sur les 30 premières années du régime britannique.

Marc-André Comeau sera présent au Salon du livre de la Péninsule acadienne à Shippagan où il participe à quelques activités et à des séances de signature.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle