Depuis sept ans, le spectacle Un phare dans la nuit a eu un effet positif sur les participants, assure le Dr Patrick Marcotte, président et fondateur de cet événement annuel artistique visant à vaincre les préjugés sociaux entourant la santé mentale.

Pour la première fois, les artistes, dont plusieurs vivant avec des troubles mentaux, monteront sur la scène du Théâtre Capitol. Un total de 36 numéros principalement musicaux créés par près d’une soixantaine d’artistes seront présentés. Comme l’événement prend de plus en plus d’ampleur, les organisateurs ont décidé de se déplacer au théâtre historique du centre-ville de Moncton afin d’accommoder tout le monde.

Les participants sont très enthousiastes, souligne le psychiatre et musicien qui sera aussi du spectacle.

«On a des gens qui sont sans abris dans le spectacle qui passent souvent devant le Capitol qui vont se retrouver un soir à entrer dans le théâtre puis à jouer sur cette scène. Pour ces gens-là, ça compte beaucoup pour se valoriser.»

Selon lui, le spectacle a un impact significatif pour ceux qui se produisent sur scène. Il permet également de rejoindre un large public. Le chef de service en psychiatrie adulte au Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont a toujours tenu à ce qu’il y ait un éventail de conditions représenté dans le spectacle, la priorité étant donnée aux gens qui sont les plus défavorisés et les plus malades.

«Je suis tout le temps impressionné de voir que plusieurs personnes qui sont sur scène sont parmi des gens qui ont des pathologies extrêmement sévères et certains sont sans abris ou dans des résidences. […] La différence que ça fait est visible. On en a un qui sort d’institutionnalisation au CHR depuis 15 ans et on n’aurait jamais pensé qu’il se retrouverait sur scène au Capitol.»

Des numéros musicaux de différents styles allant du rock à la danse latine en passant par l’alternatif, le Broadway, le folk et le country seront présentés. Des témoignages et une exposition figurent aussi au programme de la soirée. Les artistes sont accompagnés par un orchestre de plusieurs musiciens pour la plupart exerçant des professions dans le domaine de la santé. Parmi les têtes d’affiche, on retrouve l’auteur-compositeur-interprète Frank Williams, infirmier en psychiatrie, qui interprétera une chanson et accompagnera les artistes.

Dr Patrick Marcotte trouve important d’offrir cette occasion aux gens qui ont des talents artistiques, mais qui n’ont pas souvent la chance de pratiquer leur art et de se produire devant un public.

«Quand je voyais à quel point, certains étaient passionnés de musique et n’avaient pas beaucoup d’opportunités, parce que de nos jours on dirait que tout est axé sur la performance. Pour moi, la musique est beaucoup plus que quelque chose pour avoir des applaudissements. Il n’y a pas grand-chose quant à moi qui me rejoint plus que la musique, qui communique plus que n’importe quoi qu’on peut dire avec les mots.»
En créant une expérience positive, le public peut voir autrement la santé mentale.

«Ça devenait de plus en plus clair dans les études que pour changer les préjugés sociaux, il faut que la population générale ait l’opportunité d’entrer en contact avec des gens qui sont atteints de la condition en question.»

Le psychiatre rappelle que ce n’est pas du tout l’expérience que l’on peut avoir quand on regarde des nouvelles dans le journal de gens violents qui se font arrêter ou des films d’Hollywood qui mettent en scène des personnes ayant des troubles mentaux imprévisibles et dangereux. Ces moments de violence sont extrêmement rares, soutient-il.

Un phare dans la nuit est maintenant aussi un mouvement provincial puisque le comité de rétablissement en santé mentale du Nouveau-Brunswick a adopté le concept. Plusieurs activités sont organisées dans différentes régions de la province en septembre. La soirée sera animée par Karen Desrosiers, médecin-gynécologue et Shannon Reid, étudiante en psychologie. Le spectacle est présenté ce jeudi 24 novembre à 19h au Théâtre Capitol.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle