L’Acadie Nouvelle vous présente un aperçu de quelques titres francophones attendus pour l’hiver et le printemps. Poésie, théâtre, roman, bande dessinée, conte et essai figurent parmi les nouveautés qui enrichiront le paysage littéraire acadien en 2023.

Des fleurs comme moi, Xavier Gould

L’artiste multidisciplinaire qui s’est illustré sur la scène humoristique et queer publiera en mars un premier recueil de poésie. Partageant sa vie entre l’Acadie et Montréal, Xavier Gould présente un recueil où la vulnérabilité de la découverte de soi et la force acquise au contact d’une communauté en plein essor se rencontrent. L’artiste revisite les clichés associés avec la ruralité acadienne afin de refléter toute la complexité, mais aussi la richesse, de son expérience de ce milieu, qu’iel met en parallèle avec sa découverte des communautés queer montréalaises. Portée par un chiac façon Shediac bien affirmé, on dit de ce recueil qu’il est sexy, irrévérencieux et délicieusement cinglant. (Éditions Prise de parole)

L’art de s’enfuir, Herménégilde Chiasson

L’auteur revient avec une nouvelle œuvre théâtrale sur l’art qui sera publiée en mars. C’est l’histoire de Pénélope qui après quelques années passées à New York décide de revenir vivre à la campagne là où elle a grandi. Son conjoint Raphaël, un peintre qui connaît un certain succès, décide de la suivre pour s’établir dans ce petit village près de la mer. S’ennuyant de la métropole, son inspiration s’étiole. Il fait la rencontre d’Anne, une doctorante en histoire de l’art avec qui il engage de grandes conversations sur l’art et sur son travail. Mais Anne est-elle vraiment celle qu’elle affirme être? Cette pièce sera aussi à l’affiche du théâtre l’Escaouette à la fin mars. Artiste visuel, cinéaste, dramaturge et poète, Herménégilde Chiasson est l’auteur de plus d’une vingtaine de pièces de théâtre. (Éditions Perce-Neige)

Mélamine méduse, Jonathan Roy

Ce troisième recueil du poète de Caraquet attendu en avril sonde en tourbillon la société de consommation et de faux-semblants dans laquelle il flotte, impuissant. Évoquant la figure plastique de la mélamine comme étant un symbole de l’artifice et des traces laissées par delà le désastre écologique qui nous guette, le poète traite d’environnement, de capitalisme et de société. Voici un extrait du livre: «vous verrez nos lèvres incendiées nappées de mousse carbonique et offertes en dessert sur les boulevards de suie…». Les deux premiers recueils de Jonathan Roy ont été couronnés du Prix Antonine-Maillet-Acadie Vie. (Éditions Perce-Neige)

Paroles de l’Autre, Guildor Michaud

Pour son premier recueil de poésie, l’auteur originaire du nord-ouest du Nouveau-Brunswick propose une réflexion existentielle telle une longue interrogation métaphysique, explique-t-on dans le résumé du livre sur la quatrième de couverture. Ce recueil de poésie introspectif met en relief une conversation de l’auteur avec lui-même. Et si l’autre et lui n’étaient que le recto et le verso d’une même personne? «…car au seuil de l’oeil toute conscience est lucidité essentielle. Et moi, je chemine dans le sentier de ma chair.» Retiré de l’éducation, Guildor Michaud consacre sa vie à l’écriture. Il a publié quelques romans, son plus récent étant Sociopathe. (Éditions La Grande Marée)

Liberté, Léane Gamache

Dans son nouveau roman, l’autrice de Rivière-du-Loup cherche à briser le silence entourant la dépression et le suicide. Elle espère ainsi aider des personnes qui vivent des situations difficiles qui n’auraient peut-être plus l’espoir de s’en sortir. Liberté suit le destin de Patricia qui vient de perdre son père. Depuis l’arrivée d’un beau-père alcoolique, elle fera face à plusieurs épreuves difficiles qu’elle tentera de surmonter. Son souhait le plus profond sera que toute cette tempête prenne fin. Également technicienne en bioécologie, Léane Gamache a publié le roman Héritage paru en 2018, récipiendaire du concours jeunesse Jacqueline-Paquet. (Éditions de la Francophonie)

Les oiseaux sacrifiés, Guillaume Lavoie

Il s’agit d’un premier recueil de poésie pour Guillaume Lavoie à paraître au début mars. On parle d’une poésie incisive où le poète en quête de chaleur s’arrache à l’enfance et chemine fragilement vers l’autre malgré la grisaille de l’époque. «À chaque culbute ma peau éclate sur les roches en un feu d’artifice silencieux soulignant la fin d’une union sans fidèles ni célébrant.» Natif de Moncton, le poète établi maintenant à Caraquet est aussi traducteur professionnel. Il a été également batteur pour quelques groupes. (Éditions Perce-Neige)

En glanant dans le champ de ma vie, Dr Valois Robichaud

Dans ce nouvel essai, l’auteur et chercheur se penche sur tous les aspects de la croyance religieuse et les mystères inexprimables de l’être humain. Docteur en sciences de l’éducation, en gérontologie sociale et psychothérapeute, Valois Robichaud a écrit plusieurs essais sur le vieillissement, la retraite, la peur de vieillir, le bonheur, le mieux-être et la guérison. Ses deux plus récents ouvrages portaient sur la retraite et la rencontre de soi, ainsi que sur l’accompagnement en fin de vie. Humaniste engagé, le chercheur explore les différentes facettes de l’existence humaine dans ses ouvrages. (Éditions La Grande Marée)

Littérature jeunesse

SOS, sorcières: Crapaud et Romarin – 1, Camille Perron-Cormier

La bande dessinée est un genre encore peu exploité en Acadie. Camille Perron-Cormier qui a illustré des livres jeunesse se lance dans l’aventure en publiant une première trilogie de bandes dessinées. La jeune bédéiste de Moncton présente une histoire amusante sur un monde occulte, celui des sorcières. Andréa qui vient d’emménager dans une résidence universitaire dans une petite ville pas très loin de chez elle découvre qu’elle est sorcière par ses nouvelles amies. Ahurie et sceptique, la jeune femme introvertie va apprendre à vivre avec son nouveau statut, mais ce n’est pas tout le monde qui se réjouit du pouvoir des sorcières. La sortie de ce premier tome est prévue pour mars ou avril. (Éditions Bouton d’or Acadie)

Maman m’a donnée, Joséphine C. Watson, Émilie Turmel, Alisa Arsenault

Ce récit de Joséphine C. Watson est inspiré de sa propre histoire d’adoption interethnique. Dans ce livre qui paraîtra en mars, on suit le parcours de bébé Joséphine qui est adopté par des parents aimants. C’est aussi un récit qui rend hommage à toutes ses mères qui doivent se séparer de leurs nouveau-nés et à celles qui les accueillent comme les leurs. Un livre qui célèbre les familles sous toutes ses formes. Le texte de Joséphine W. Watson est adapté par la poète Émilie Turmel et illustré par l’artiste Alisa Arsenault. (Éditions Bouton d’or Acadie)

Le lutin Bouftou, Louÿs Pitre, illustré par Réjean Roy

Ce nouveau conte illustré de Louÿs Pitre qui paraîtra au cours des prochains mois suit les aventures d’un lutin qui fait des siennes pendant la fête de Noël. L’auteur originaire de Beresford établi à Bas-Caraquet est un conteur et animateur bien connu dans les écoles de la province et ailleurs dans la francophonie. Tout comme pour son plus récent roman Chénouk le chevalier du roi, qui se déroule au Moyen-âge, il collabore avec l’illustrateur chevronné Réjean Roy. L’auteur à la plume aguerrie a publié une douzaine de livres. (Éditions La Grande Marée) – SM

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle