Figure incontournable de la scène jazz à Moncton, le guitariste Jamie Colpitts est décédé vendredi à l’âge de 91 ans. Le trompettiste acadien Roland Bourgeois estime que son départ laisse un grand vide dans la communauté musicale.

Ami et complice musical de longue date du guitariste, Roland Bourgeois connaissait Jamie Colpitts depuis une quarantaine d’années. Il se souvient de lui comme un guitariste infatigable et un véritable gentleman. Il est resté actif sur la scène musicale jusqu’à tout récemment.

En entrevue avec l’Acadie Nouvelle en 2017, le guitariste avait affirmé «plus rien n’existe autour de moi quand je joue. C’est moi, ma guitare et juste la musique. Je n’arrête pas. Je pratique tous les jours.»

Jamie Colpitts, qui a évolué au sein de différentes formations et accompagné plusieurs artistes, était le guitariste du groupe Jazz Génération, actif du milieu des années 1980 jusqu’en 2010. C’est au sein de cette formation que Roland Bourgeois a développé une amitié et une complicité musicale avec le guitariste natif de Salisbury.

«Il était accommodant et très à l’écoute pour être certain qu’il accompagnait comme il faut. On avait toujours beaucoup de plaisir à jouer ensemble.»

Après Jazz Génération, ils ont continué de jouer en duo. En 2017, le tandem Bourgeois-Colpitts a enregistré un album, Blue Monkton, qui a été réalisé par François Émond.

Le guitariste Denis Surette a suivi en quelque sorte les traces de Jamie Colpitts. Le guitariste âgé de 51 ans pour qui les standards de jazz n’ont plus de secret et qui œuvre au sein de différentes formations le considère comme un mentor et une grande source d’inspiration. Très jeune, il allait le voir en spectacle notamment avec Jazz Génération sur la scène de l’ancien Cosmo.

Depuis 20 ans, les deux guitaristes se sont souvent retrouvés pour des concerts ou tout simplement improviser ensemble. Le guitariste l’a d’ailleurs invité à partager la petite scène d’une brasserie à Moncton lors de ses concerts de jazz présentés les dimanches après-midi.

«Dès que j’ai commencé le jazz au Fill Station les dimanches, l’année passée, c’était mon but d’avoir Jamie pour venir jouer. Il est venu deux fois.»

«D’abord, c’était un très bon guitariste. J’aimais non seulement son jeu de guitare, mais aussi on s’intéressait à la guitare comme telle parce qu’il était aussi luthier. Il arrangeait des guitares. On avait toujours de bonnes conversations.»

Selon Denis Surette, Jamie Colpitts a contribué énormément à partager la tradition du jazz à Moncton. C’est un modèle à suivre. Son legs est immense pour les générations de musiciens qui l’ont suivi, mentionne le guitariste. Même les plus jeunes musiciens de jazz connaissent très bien le guitariste.

«Il laisse une tradition que je suis très fier de continuer.»

Musicien autodidacte, Jamie Colpitts a commencé à jouer de la guitare à l’âge de 6 ans. Parallèlement à sa carrière dans l’industrie automobile le jour, il retrouvait ses amis musiciens le soir afin de se consacrer à sa véritable passion: la musique.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle