Pour Anabelle Hébert, l’humour est pratiquement un mode de vie. Celle qui brille depuis sa victoire au concours amateur du Festival Rien, en 2019, estime que le rire est le meilleur remède aux difficultés, à la maladie et aux travers de la société.

Si sa carrière artistique a connu un bel envol depuis quatre ans et que l’humour occupe une grande place dans sa vie, il reste que l’ancienne infirmière occupe encore un emploi à temps plein. Elle travaille maintenant pour une firme de génie-conseil en environnement.

«Je sauvais les malades à l’hôpital, là j’essaie de sauver la terre», lance l’humoriste native de Shippagan qui manie merveilleusement l’art de la répartie.

Elle collabore aussi à des émissions télévisées: L’embarras du choix et Tout inclus sur Radio-Canada en plus d’être l’une des autrices du Grand ménage des fêtes sur Unis TV. Elle est aussi l’ambassadrice des Collèges communautaires du Nouveau-Brunswick jusqu’en 2024. En 2022, elle était la porte-parole des Rendez-vous de la fierté Acadie Love.

Anabelle Hébert est carrément tombée dans l’humour quand elle était jeune, un peu comme Obélix dans la potion magique. Une vraie famille de clowns, soutient l’artiste.

«Dans ma famille, on a eu une vie très difficile du côté financier et de la maladie. Ma mère est très malade puis une des façons de se virer de bord, ça a toujours été de rire.»

Bien connu dans la région, son père Denis Hébert est aussi un excellent conteur de blagues.

Une semaine de rêve

Celle qui se produira en spectacle à quatre reprises pendant le Festival HubCap confie qu’il s’agit de sa semaine préférée de l’année.

«Pour l’équipe du Hubcap, tous les talents sont égaux. Que tu sois Anabelle Hébert de Shippagan ou Mario Jean du Québec tout le monde est traité pareil. On a des chauffeurs privés et des cadeaux à l’hôtel. C’est ma semaine de luxe où je deviens Brad Pitt!»

Assurer la première partie du spectacle de Mario Jean représente non seulement une belle réussite, mais un «gros baume sur le coeur», confie-t-elle. Regarder les galas d’humour télévisés est une tradition dans sa famille.

«Ça va être fou d’être sur la scène, mon père en avant de moi et Mario Jean à côté de moi.»

Éliminer les tabous

Reconnue, entre autres, pour son autodérision, la grande humoriste de 6 pieds et 4 pouces n’hésite pas à se moquer de sa taille. Anabelle Hébert estime que c’est ce qui la rend unique. «C’est bon d’en parler et de montrer qu’on accepte nos différences.» La vie de tous les jours, des anecdotes, les travers de la société, l’actualité et la maladie, plus particulièrement celle de sa mère l’inspirent beaucoup dans son écriture.

«Ma mère c’est aussi un incontournable. J’ai beaucoup de sketchs sur ma mère qui a la fibrose pulmonaire. Elle a seulement un poumon qui marche à un faible pourcentage présentement. J’aime dire qu’elle sonne comme Dark Vador et elle trouve ça drôle aussi. Je pense que c’est crucial et possible de faire de l’humour dans la maladie.»

Ce désir d’évoquer la maladie dans ses sketches lui vient probablement de son expérience à l’hôpital comme infirmière. Selon elle, les gens en difficulté ont besoin de rire et d’éliminer les tabous.

Influencée par des humoristes tels que Simon Leblanc ou encore Guillaume Wagner, elle aime l’humour bien écrit qui parfois peut faire réfléchir et donner des petites leçons de vie. Elle termine souvent ses prestations en livrant ses bulletins de nouvelles réinventés.

«S’il y a des choses qui ne font pas de sens dans la société, pourquoi ne pas le faire réaliser aux autres par l’humour.»

Si à ses débuts, elle se sentait seule comme femme en humour, aujourd’hui, elles sont quelques-unes. Même si elles sont encore minoritaires dans cet univers qui pendant longtemps était surtout occupé par des hommes, elle s’estime bien accueillie.

«Les boys de l’humour c’est comme mes frères.»

Elle note aussi un réel engouement pour l’humour francophone dans la région au cours des dernières années. Elle offre des spectacles presque toutes les fins de semaine dans des salles bien remplies.

«Avant c’était des salles de spectacle une fois par année de temps en temps qui nous approchaient, maintenant ça va être des écoles, des bars, donc il y a une grosse diversité pour l’humour. […] La scène humoristique en Acadie est très forte et c’est vraiment le fun de voir que c’est en train de fleurir.»

Anabelle Hébert sera en spectacle au Festival HubCap vendredi et samedi soir au Théâtre Capitol et dans certains bars.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle