Un homme déçu de son ordinateur portable a gain de cause contre Dell

Un homme de Halifax devenu célèbre pour avoir traîné plusieurs transporteurs aériens devant les tribunaux a remporté une bataille juridique contre une autre multinationale: Dell.

Gabor Lukacs n’a obtenu qu’un petit montant – 1889,32 $ -, mais sa victoire pourrait en inspirer plusieurs ayant déjà été insatisfaits d’un produit de consommation ou n’ayant pas voulu signer une clause de confidentialité après avoir été remboursés pour un produit décevant.

Le mathématicien de 34 ans a acheté un ordinateur portable de Dell Canada au printemps 2016, après qu’une publicité eut indiqué que sa batterie avait une durée de vie de 13,5 heures, une promesse confirmée par le bureau des ventes de l’entreprise.

L’arbitre Augustus Richardson a expliqué, dans une décision rendue à la Cour des petites créances de la Nouvelle-Écosse, que M. Lukacs avait découvert pendant un vol vers l’Europe que la batterie de son appareil ne durait en fait que de trois à cinq heures. Il a alors communiqué avec Dell à ce sujet et on lui a appris qu’une utilisation normale de la batterie ne lui donnait que de trois à sept heures de durée de vie.

M. Lukacs a alors demandé à Dell de lui fournir un ordinateur portable pouvant être utilisé pendant 13,5 heures de même qu’une indemnisation, en plus de mettre fin aux fausses informations transmises aux clients quant à la durée de vie de ses batteries.

Neuf mois après sa première plainte, M. Lukacs a finalement communiqué avec le service juridique de l’entreprise. Dell lui a lors offert un remboursement complet et un montant additionnel de 300 $ comme « preuve de bonne volonté », ajoutant par courriel que « Dell rappellera à son personnel que la durée de vie des batteries dépend du type d’utilisation qu’on en fait et des logiciels utilisés ».

M. Lukacs a ensuite reçu un appel d’un homme disant travailler pour le service juridique de l’entreprise, qui offrait de hausser l’indemnisation à 600 $. M. Lukacs a accepté et le conflit semblait réglé.

Mais l’entente de trois pages transmise par Dell incluait notamment une clause de confidentialité, que M. Lukacs a refusé de signer.

Dans sa décision, le juge a déterminé qu’une clause de confidentialité ne pouvait être ajoutée après la conclusion d’une entente.