Dans le Boute du VIllage des Roseaux

Le temps m’dure qu’la Grousse Roseanna coummence à m’faire d’la mine. Parce qu’hounnêtement, ça coummence à m’déconforter… Ein!?! J’avions vu sus  »l’T.V. », qu’apparence me  »splashé » la face avec  »d’l’after shave » qui pu z’à bon du musc épicé d’pêcheux, c’était royalement garanti d’virer de belle créatures t’utes excitées à vouloir s’varger sus mon côrps. Bin, à moins si qu’Roseanna a l’nez d’bouché? Cé malaisé à espliquer coumment qu’le tcheur m’a fendu en môtché, qu’à n’a pas réagie plusse qui fallait ou qu’j’m’attendais… Âââh,  »well »!
   Bodrer par la phale basse, j’ai ‘té qu’ri mon chien fidèle, Cracker Jack, che-nous. J’ai pensé p’t’être d’âller prendre une marche vers le tchaie m’aïdera d’changer l’mal de place! Coumme de faite, yinc à  »watché » Cracker Jack s’amuser en route à  »sniffé » chaque  »fire hydrant » pis à s’lever la patte pour marquer son territouaire – – ouaye, ça m’a fait craquer un  »smile », d’oreille à oreille! Ça m’a fait souhaiter d’vouloir être un chien moye-tout; pis d’être tenté d’faire la même geste, mais putôt contre lés quatre  »tires » du  »car » à la Grousse Roseanna.
   Juste coumme qu’tu fesses le coin d’la  »curve », avant qu’tu tournes vers le tchaie, i’ s’trouve à être la cabane du Vieux Dosithé. V’là le vieux radoteux assis d’hôrs sus son p’tit barril, en train d’fumer sa pipe pis d’souffler trantchillement dés p’tits <<O’s>> de boucane. La seule chouse qui y manque faire – – cé d’beugler <<TCHOU-TCHOU>> pis s’faire pâsser coumme une locomotive imaginaire. Avec la  »wave » de son bras d’à môtché amputé, y m’a fait signe de v’nir le visiter. Si j’le counne, y doit aouaire le thé potte en train d’subler sus l’fait d’son poêle à bois. Y’a rien d’meilleur que  »d’sippé » sus z’une bounne cuppée d’thé pour t’relaxer l’tcheur à vouloir jaser  »about darn anything ».
   J’ai cru le Vieux Dosithé a être  »psychic », d’être capable de ouaire drette en travers d’moi avec grande précision… Ouaye! Quand qui m’a visé du coin d’son bounne oeil sans cataracte pis qui m’a laissé saouaire d’un ton concerné: << Ein?!? T’as d’la misère à impressiounner lés femmes? >>
   <<  »WOW »! Coumment qu’tu l’savais? >> J’y’ai répliqué t’ute surpris.
   << Tu sens coumme tchequ’un qui sôrt d’une gobbine de maison de farlaqueries.  »That’s why »!  »Now », si tu veux vraiment faire bounne impression avec lés femmes… >>
   << Ouaye! Ouaye! Dis-moi z’en d’plusse! >> Qu’j’ai tranché en milieu d’sa parole.
   << Cé socitte j’te suggère faire… Le secret est bin simple! Arrouses-toi yinc avec un soupçon d’jus d’houmârd sus chaque joue d’la face; pis lés femmes croiront qu’té le  »Va-Va-Va-Voom », la  »Catch » du Jour. Bin , embôrves-toi lés sous d’bras épais d’jus d’houmârd – – icitte,  »look out » – – y croirons qu’té  »loadé » plein d’argent ou qu’tu  »own » p’t’être même la Shoppe! >>
   Cé icitte que Cracker Jack a v’nu interrompre la conversâtion, en  »m’tuggons » sus mon bas d’tchulotte, qu’y’en avait assez… Que  »Hey Buddé », c’était  »l’time » d’âller continuer notre marche. De dire  »BYE »! Qu’y’avait encôre  »plenty » de territouaire de reste à  »sniffé »… Dés z’ous à  »diggé out »! So  »come on »! Taises-toi!  »Let’s go », en  »s’waggons » la tcheue partout!
    »Hey »! En allons continuer ma marche, ça m’dounnera la chance à contempler  »heavé » cossé l’lés perles de sagesse qu’le Vieux Dosithé  a y’eu à m’partager…

   << Ein!?! Ein!?! Cossé qu’t’en penses, mon beau  Cracker Jack? >>