Les conséquences de l’infidélité

Briser le lien d’exclusivité du couple en commettant l’infidélité, c’est enfreindre une loi sociale et ce n’est pas sans conséquence. Le lien conjugal est aussi un lien d’appartenance de l’un à l’autre: «Ton sexe, mon sexe, notre sexe; ton amour, mon amour, notre amour.» Il est donc interdit de partager avec d’autres, sous peine d’en subir les conséquences.

À chacun sa façon de réagir
Les conséquences varient en fonction du lien affectif, des personnalités, des valeurs, du nombre d’années de vie commune, de l’âge des partenaires, du type d’infidélité, du sexe, du statut socioéconomique, des circonstances et du type de dénonciation.

L’intensité des émotions de colère, de la tristesse, du sentiment de trahison et du désir de vengeance est tributaire des composantes suivantes:
* Lien d’attachement – Est-ce qu’il y a encore de l’amour?
* Personnalités – S’agit-il de personnalités libertines ou narcissiques? La personnalité narcissique trompée se sent blessée dans son ego parfois si profondément qu’on assiste à des drames dits «passionnels», car l’infidélité a provoqué une colère incontrôlable.
* Valeurs – Les valeurs culturelles, religieuses, sociales, éducatives, mais aussi le nombre d’années de vie commune font une différence.
* L’âge des partenaires – Plus ils sont jeunes, moins ils sont tolérants.
* Types d’infidélité – Infidélité d’un soir, occasionnelle, en série, ou de longue durée.
* Le sexe – Quand un homme est infidèle, dans 90 % des cas il choisit de demeurer avec sa conjointe. Les femmes sont plus portées à tout quitter quand elles sont infidèles. 
* Le statut socioéconomique – On tient compte du statut social, des biens matériels, etc.
* Les enfants – Quand il y a des enfants, certains prennent sur eux l’infidélité des parents et partagent les sentiments du conjoint trompé. De même que des parents peuvent prendre leurs enfants en otages afin de punir l’infidèle en le privant de leur présence. L’ultime vengeance est de portée atteinte physique et psychologique sur les enfants dans le but de blesser l’infidèle.
* Circonstances – Un voyage, l’effet d’alcool, une fête, une rencontre inattendue, etc.

* Types de dénonciation – La dénonciation peut être directe ou indirecte.

DIRECTE: L’infidèle peut se dénoncer avant, pendant ou après l’infidélité. Avant, lorsque le désir se fait trop grand d’aller voir ailleurs. Pendant, parce que composer avec le mensonge et les horaires devient infernal. Après, parce que le poids moral est trop lourd à porter ou la crainte que l’amant ou la maîtresse dénonce: «Si tu ne lui dis pas, je vais m’en charger.» Il y a des infidèles qui dénonceront par désir de vengeance, pour blesser le partenaire de vie, car ils sont frustrés de leur relation conjugale, de leur sexualité, se sentent carencés sur les plans affectifs ou victimes de critiques quotidiennes, etc.: «Si tu ne me désires plus, d’autres personnes que toi me désirent.» «Si je n’existe plus pour toi, j’existe pour quelqu’un d’autre.» Dénoncer directement l’infidélité, c’est avouer la trahison et en assumer les conséquences.

INDIRECTE: Lorsque le partenaire découvre des indices, soupçonne une relation extra-conjugale, surprend les tourtereaux en flagrant délit. Lorsque l’amant ou la maîtresse dénonce l’infidèle au partenaire trompé, par désir de vengeance ou pour l’obliger à faire un choix. La voie indirecte est aussi une tierce personne qui avise le partenaire trompé. Cette situation est plus délicate, car c’est souvent transposer ses valeurs en se mettant à la place de l’autre. Ils voient parfois la paille dans l’œil du voisin alors qu’il y a une poutre dans le leur.

L’infidélité socialement inacceptable
La société encourage la séparation afin de rendre justice aux situations d’infidélité. C’est une façon de punir le conjoint infidèle d’avoir partagé avec quelqu’un d’autre le territoire d’exclusivité conjugale: «Tu ne vas pas rester avec!»  «Tu ne peux plus lui faire confiance!» Être «cocu» est une situation honteuse sous le regard des autres. Perte d’estime de soi et remise en question, surtout si c’est une femme. L’homme aura tendance à accuser sa partenaire. Dépression pour le partenaire trompé parfois, car le couple s’effondre. Il entre la majorité du temps dans une zone de turbulence; un état de crise, colère, tristesse, culpabilité et une envie profonde de voir l’autre mordre la poussière. L’infidélité est aussi perçue comme un manque de respect au partenaire de vie, à la famille, à ce que le couple avait construit ensemble. L’infidèle porte le blâme de ne pas avoir su retenir ses pulsions amoureuses ou sexuelles. C’est pourquoi il est opportun de tenir compte des causes, individuelles, conjugales ou circonstancielles, car elles procurent une analyse de la dynamique conjugale plus éclairée. 

Si le couple demeure ensemble, il peut y avoir perte de désir de la part de la personne trompée et baisse du sentiment amoureux. Aussi, la surveillance accrue, le manque de liberté, le sarcasme, le dénigrement et les disputes répétées sur le même thème mettent le couple sous tension, rendent la vie difficile à l’infidèle et mènent à la séparation.
Pour d’autres couples, l’infidélité est l’occasion de repartir sur de nouvelles bases conjugales, mais est-ce vraiment possible?

Pour une consultation, mon bureau est à Fredericton. Vous pouvez me joindre au 260-1907 ou par courriel. Merci de vos bons mots!

Anne
Sexologue