Le calvaire des parents d’Hillary Bonnell

 Il y aura trois ans en novembre que Curtis Bonnell a été arrêté pour deux accusations d’agression sexuelle, de séquestration et de résistance à son arrestation. Après quelques mois de recherche, les restes du corps de Hillary Bonnell, disparue le 5 septembre 2009, ont été découverts à quelques kilomètres de la communauté autochtone d’Esgenoôpetitj, au nord-est du Nouveau-Brunswick. Une fois l’identification des restes humains déterminée, Curtis Bonnell, arrêté quelques jours plus tôt à la maison de ses parents, a été accusé du meurtre de sa cousine, Hillary.

Les parents de la victime de Curtis Bonnell, Boyd Bonnell et Pamela Fillier, avaient déjà dû endurer deux mois et demi d’angoisse, entre le 5 septembre et le début novembre 2009, alors que leur fille avait disparu sans traces. Les tests d’ADN ont confirmé ce qu’appréhendaient les parents : le corps retrouvé sur les terres de l’ancien champs de tir près de Tracadie-Sheila était bien celui de leur fille.
Puis, une fois les accusations portées contre le cousin de la victime, Curtis Bonnell, celui-ci a profité de nombreux reports du début du procès, au grand désespoir des parents d’Hillary Bonnell, comme en ont fait foi les déclarations de Madame Fillier à la presse.
Mais en fin de compte, ce qui importe c’est que le temps qu’a pris le processus judiciaire à se mettre en branle servira à éviter des entourloupettes procédurales  qui auraient pu indument bénéficier à l’accusé.
Le procès sera, nul doute, encore difficile pour Boyd Bonnel et Pamela Filler. Le rapport du médecin légiste, qui devrait jeter un éclairage sur les circonstances de la mort de la jeune adolescente, sera sans doute un calvaire à peine supportable pour les parents d’Hillary Bonnell. En contrepartie, lorsque justice sera rendue, ils pourront peut-être retrouver une certaine sérénité, teintée d’amertume et de tristesse.