L’abstinence sexuelle et ses effets

La sexualité, c’est le plaisir que nous donne notre corps ou le contact avec le corps de l’autre. Qu’il soit solitaire, hétérosexuel ou homosexuel, il est nécessaire à tout le monde. Mais il est vrai que nous pouvons en avoir plus ou moins besoin et y prendre plus ou moins de plaisir. (1)

L’abstinence sexuelle signifie: se priver de toutes pratiques sexuelles. Cette privation peut avoir pour origine des motivations sociales, médicales, idéologiques ou religieuses. L’abstinence sexuelle peut donc se définir de différentes façons et peut être utilisée pour diverses raisons.

L’abstinence: volontaire, temporaire, définitive

L’abstinence volontaire
• L’abstinence complète serait de s’abstenir de désir sexuel, de plaisir solitaire, de rapports sexuels sous toutes ses formes. «Au Japon, il y a le phénomène des «hommes mangeurs d’herbe», qui préfèrent les longues balades au sexe.»(2)

•Dans le cas de conviction religieuse, ou d’élévation spirituelle, la chasteté se veut un choix de vie, elle a pour objectif de transcender les pulsions sexuelles.(3)

• S’abstenir par désintérêt de la sexualité: la personne n’a pas envie ou ne ressent pas le besoin de relations sexuelles, ce qui ne signifie pas pour autant qu’elle ne s’adonne pas aux plaisirs solitaires. Le désintérêt sexuel qui amène certaines personnes à opter pour l’abstinence: la déception sexuelle, la souffrance dans leurs relations amoureuses, la «surconsommation» des rencontres sexuelles ou de la sexualité en général. «Même s’ils doivent se heurter à ce manque, certains choisissent l’abstinence comme une thérapie, comme un temps de silence du corps, décrété pour faire le point sur eux-mêmes. Dans son livre Le désir (2002), Chantal Bourdigot raconte sa traversée du non-désir: «Mon corps crie grâce. Je ne veux plus d’homme dans ma vie, je ne veux plus d’homme dans mon lit. Ce n’est pas normal de ne pas faire l’amour, mais il est nécessaire que ça s’arrête si je veux vivre plus près de moi. Le bonheur pour la femme harassée que je suis, c’est de s’accorder repos du corps.»(4)

L’abstinence temporaire
Une période d’abstinence peut-être causée par la maladie, une dépression ou un décès, une séparation entraînant une période de célibat plus ou moins longue, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de plaisir solitaire.

L’abstinence temporaire est encore utilisée comme méthode de régulation des naissances, selon les pays, et les croyances religieuses qui n’utilisent pas de méthodes contraceptives. Il n’y a pas de relation sexuelle avec pénétration, ce qui n’empêche pas d’autres formes de rapprochements comme la sodomie ou fellation, dans ces cas, on ne prévient pas les possibilités de transmission de maladies. «Dans les pays anglo-saxons en particulier, des organisations chrétiennes promeuvent ainsi le port de la bague de virginité, un signe distinctif d’une volonté à ne pas avoir de relations sexuelles. L’idée de cette bague est venue d’un mouvement protestant Silver Ring Thing créé en Arizona au milieu des années 90, et se portait jusqu’au mariage.»  Mais cette méthode s’est avérée inefficace.(5)

L’abstinence définitive
Quand il y a maladie ou handicap graves.

Les effets secondaires à l’abstinence
• Selon Josée Leboeuf, sexologue clinicienne et psychothérapeute, «l’abstinence où les périodes d’abstinence peuvent faire ressortir des faiblesses déjà présentes chez certaines personnes».(6) Quand une personne a des travers sexuels dans sa personnalité, il se peut que l’abstinence vienne renforcer ses pulsions, provoquant ainsi des envies incontrôlables.

•La peur

Elle peut provoquer des craintes face aux rapprochements éventuels. Les femmes et les hommes ont peur de ne plus savoir comment faire, ce qui les rend hésitants aux rencontres qui pourraient être potentiellement intéressantes.

• La frustration

Dans l’abstinence il y a une privation d’un besoin fondamental de nature humaine qui est d’aimer et d’être aimé, aimer la chair et l’esprit. Cette incapacité de pourvoir à ce besoin peut éveiller la frustration, la colère, le désir refoulé, la souffrance, à moins de le transcender par d’autres activités (physiques, sociales ou spirituelles).

• L’estime de soi

Pour les femmes, c’est plus au niveau de leur estime d’elles-mêmes que l’abstinence joue un rôle. En période de célibat prolongé, l’estime pour certaines dégringole. Elles se sentent moins attirantes, moins séduisantes, elles éprouvent des doutes. Si de surcroît l’entourage porte des jugements à leur situation dont elles ont l’impression ne pas avoir de contrôle, leur estime ne fait que s’enfoncer davantage.

Est-ce plus difficile à vivre pour un homme que pour une femme?
Pas facile de trouver la réponse juste, sauf que d’emblée nous savons que les hommes ont un plus haut taux d’hormones testostérones, plus de pulsions sexuelles et, de ce fait, cela les rend plus enclins à la sexualité et aux rapports sexuels en général. L’abstinence est généralement difficilement supportable pour un homme, à moins qu’il ait une libido faible, une capacité d’acceptation exceptionnelle de sa situation, ou qu’il n’a tout simplement pas ou plus d’envie sexuelle.

Si vous avez des questions, des suggestions, ou encore pour une consultation, n’hésitez pas à me joindre par courriel ou au 260-1907.

Anne
Sexologue

• 1-6-http://www.psychologies.com/Couple/Sexualite/Desir/Articles-et-Dossiers/Peut-on-vivre-sans-faire-l-amour

• 2-3-5 – wikipedia.org/wiki/Bague_de_virginité

• 4-http://www.psychologies.com/Couple/Sexualite/Desir/Articles-et-Dossiers/Peut-on-vivre-sans-faire-l-amour/4Les-hommes-plus-demunis