Femme cherche scie à chaîne

Tout l’été, j’ai aussi beaucoup pensé à mes amis possédant l’outil qui devient tôt ou tard incontournable dans la vie d’une femme, la scie à chaîne. Je sais qu’il faudrait dire «scie mécanique», mais cette appellation ne reflète pas le sentiment de puissance, voire d’exaltation que peut donner l’outil à celle qui l’a entre les mains. Je pense avoir quatre amis possédant une scie à chaîne, et je me demande si je pourrais les convaincre de passer à l’acte avec moi. Ce serait peut-être un délit, mais un délit réjouissant, ridicule même, si on pense aux causes qui se retrouvent habituellement devant la justice.

France Daigle
fradaigl@nbnet.nb.ca

Vous connaissez la pièce de Land Art créée il y a plusieurs années par le sculpteur André Lapointe, le long de l’autoroute entre Shediac et Moncton? Vous savez cet îlot de troncs nus dont certains ont été sciés de biais et la surface peinte couleur corail? Vous ne voyez pas bien? Eh bien, vous n’êtes pas seul. Parce que cette œuvre est aujourd’hui cachée par les broussailles qui ont poussé sur le bord de la route. Depuis un an, je me dis que je vais aller les couper ces broussailles. Vous imaginez ce que ce serait de demander au service de la voirie de faire ce travail?

Et puis en juin, dans un moment de faiblesse, j’ai justement téléphoné au service de la voirie de ce secteur pour lui faire part de ma préoccupation. Oui, l’ouvrier au bout du fil connaissait l’œuvre en question, mais ce n’était pas lui qui prenait les décisions. Parle parle jase jase, comme on dit, j’apprends que le service se soucie avant tout de sécurité routière et que même pour ça, tout dépend du budget. Quand je lui demandai ce qui arriverait si je le faisais moi-même avec une scie à chaîne, il ne savait pas au juste, mais me suggéra «de friend à friend» d’y aller juste avant la tombée de la nuit, affaire d’augmenter mes chances de passer inaperçue.

Et puis l’été est passé, et la broussaille est toujours là, et l’œuvre d’André Lapointe est encore cachée derrière. Pas un touriste ne l’aura vue. Et pourquoi pas une affichette explicative pointant à cette œuvre, tant qu’à y être!