Les erreurs d’impression en communication

«Les impressions sont le cancer de l’objectivité.» – Jean-Michel Wyl

«L’objectivité c’est la qualité de ce qui donne une représentation fidèle de la chose observée.»(1) À l’inverse, l’impression serait empreinte de subjectivité. La subjectivité, c’est analyser ce que nous percevons sans tenir compte de toutes les informations qui nous seraient utiles pour porter un jugement sur un objet, une personne ou une situation. Ce qui rend, par le fait même, les erreurs d’impression possibles. 

Si vous êtes comme moi, considérez-vous qu’en communication l’impression nous laisse souvent d’étranges impressions?

«L’impression se définit par l’effet qu’une cause produit sur l’esprit, sur les sens, sur le cœur.»(2)

L’impression en communication peut parfois et souvent nous mener sur de fausses pistes, si on se laisse berner par une subjectivité basée sur nos valeurs, notre éducation, nos croyances, notre esprit, notre cœur, etc., ce qui nous donne accès au jugement facile. On juge une personne sans la connaître comme on juge une situation, une phrase sans tout savoir. Les études semblent dire qu’en matière de communication, on met 30 secondes à juger la personnalité de quelqu’un, un jugement basé sur l’apparence, la majorité du temps. Ce n’est pas beaucoup, quand on songe qu’on a besoin d’une vie pour apprendre à bien se connaître soi-même. Il n’est pas rare d’entendre: «Je t’ai jugé trop vite, je me suis trompé sur l’image que tu projetais». Pourquoi se faire une idée trop hâtive?

Les vraies et fausses impressions en couple
En couple, nous avons l’Art de construire des impressions. Avoir l’impression dans le sens d’avoir le sentiment, la sensation, le pressentiment, l’intuition – j’ai l’impression que tu n’es pas d’accord avec moi – j’ai l’impression que tu ne m’aimes plus – j’ai l’impression de me taper toutes les tâches ménagères – j’ai l’impression que de ne pas être écouté, entendu – j’ai l’impression que notre couple vogue à la dérive – j’ai l’impression que ton travail est plus important que moi – j’ai l’impression que les enfants passent avant moi – et vogue la galère! 

Est-ce vrai ou faux?
Pour le savoir, vous devez d’abord vous demander quelle est votre manière d’analyser les choses. Car, selon Carl Jung, il y a les personnes qui sont plus dans la pensée, c’est-à-dire dans la tête, et celles qui sont plus au niveau du sentiment. En connaissant cela, nous pouvons exercer un pouvoir sur le mode de communication; ainsi, il devient possible de transformer les perceptions et, du coup, les impressions que nous laissent nos perceptions. Vos impressions sont-elles basées sur un mode de pensée «tête, raison» ou un mode sentiment «émotion»?

J’ai l’impression qu’une bonne discussion permettrait de mieux se comprendre (pensée). «Le monde ne peut pas vivre sans raison» (pensée).

J’ai l’impression qu’une bonne discussion permettrait de mieux s’entendre (sentiment). «Le monde ne peut pas vivre sans amour» (sentiment).(3)

Voici un exemple de fausse impression vécue récemment. Durant la semaine de mode de Mode Montréal, je travaillais avec Fondation Jasmin-Roy, qui lutte contre l’intimidation en milieu scolaire, pour finaliser un projet que j’ai réalisé avec eux, La Robe noire. Mon objectif à travers ce projet: faire le deuil de l’intimidation et porter avec élégance une nouvelle attitude. Ce projet a permis à 18 filles et femmes âgées de 9 à 53 ans, issues de différents horizons, de vivre une expérience positive de l’image de soi. L’image est un outil de communication précieux, c’est pourquoi je me passionne aussi pour le conseil en image et en style. Mon dernier mandat était d’habiller sept personnalités publiques pour un défilé qui allait clôturer ce projet. Roxanne Loiseau, comédienne, faisait partie des vedettes qui défilaient et pour qui j’avais créé des tenues. La sienne se complétait par des bracelets, dont l’un était un oiseau. Le jour du défilé, Roxane avait laissé le bracelet sur la table. Du coup, j’ai eu l’impression qu’elle n’avait pas aimé, sinon, elle ne l’aurait pas laissé traîner. Je l’ai replacé dans son sac, qu’elle n’a pas apporté non plus. Il était évident qu’elle n’avait pas aimé. Le lendemain, dans ma boîte courriel, un message: «Hier, dans mon kit, j’avais un bracelet en cuirette noir avec un oiseau or au milieu et j’ai eu un méga coup de cœur en le voyant! Petit problème, je l’ai oublié par distraction. Tu saurais où je peux le trouver?», Roxanne.

Alors qu’elle avait adoré, j’ai eu l’impression du contraire et j’ai fabriqué une histoire subjective, qui n’avait rien à voir avec sa réalité. L’impression donne donc lieu à des interprétations. Cet exemple est simple, voire banal, mais combien de fois sommes-nous dans la fausse impression.

Alors que si j’avais vérifié tout de suite auprès d’elle, elle m’aurait probablement dit: «Oh! merci, je l’avais oublié».  

Comme dans un journal, il peut y avoir des erreurs d’impression. Les fausses impressions sont nuisibles à une saine communication, que ce soit dans le couple, la famille, les amis et amies, au travail, etc.

Ne restez pas sur des impressions subjectives, corrigez-les rapidement, vous éviterez qu’elles vous rendent malades.

Merci de prendre le temps de me téléphoner, de m’écrire; j’apprécie vos commentaires et vos interrogations, vous êtes des lecteurs et lectrices inspirants. Pour une consultation, vous pouvez me joindre au 260-1907 ou par courriel.

1 – http://www.gillesguerin.com/philosophie/pensee/007.html

2 – http://www.mediadico.com/dictionnaire/definition/impression

3 – http://fr.wikipedia.org/wiki/Type_psychologique-