Ça va mal sur les ondes

Le style du Téléjournal Acadie est remis en question. Deux personnes ont osé exprimer tout haut ce que tant de gens pensent tout bas (et j’en suis témoin): que le Téléjournal Acadie a maintenant une couleur sensationnaliste où la seule nouvelle jugée digne d’intérêt est celle qui crée la polémique; où le présentateur soucieux d’animer son plateau interrompt ses invités pour pousser son point de vue; où la nouvelle est traitée avec superficialité, bref un Téléjournal local qui nous frustre tout autant pour la manière dont il parle de nous que le Téléjournal national qui, lui, nous ignore.

Les exemples sont nombreux. J’en ai fait l’expérience comme présidente de la Société nationale de l’Acadie et je les observe aujourd’hui comme téléspectatrice: parle-t-on d’immigration francophone: le Téléjournal demande: les Acadiens sont-ils racistes? De la Francofête: pourquoi permettre un spectacle en anglais? De l’allaitement maternel: pourquoi pousse-t-on les femmes à allaiter? Comprenez-moi bien: ces questions ont leur raison d’être et doivent être posées, mais elles ne sont pas LA nouvelle, elles en font simplement partie. En leur donnant toute la place, on arrive à un bulletin réducteur où le téléspectateur ne se retrouve plus et dont il va à plus ou moins long terme décrocher.

J’ai été journaliste pendant plus de 10 ans, convaincue que ma responsabilité était d’informer les gens en leur donnant une vision complète d’une question pour qu’ils se fassent, eux-mêmes, leur opinion. Il me semble qu’aujourd’hui, les responsables de l’information décident de ce qui constitue la nouvelle et envoient les journalistes la chercher même s’ils devaient découvrir en y allant qu’elle est tout autre.

Ce n’est pas abdiquer sa liberté journalistique que de livrer les deux côtés d’un enjeu, pas plus que de rapporter des nouvelles quand elles sont bonnes et ne contiennent aucune polémique. Radio-Canada Acadie doit jouer un rôle majeur pour nous rassembler d’une province à l’autre, pour nous informer – sans complaisance, mais avec justesse – des nouvelles, des enjeux, des défis de notre région; c’est un rôle qu’elle est en train, aujourd’hui, de mettre en péril.