Célébrations de la fierté gaie: encore nécessaires et importantes

Bonne Semaine de la fierté gaie! Depuis près de 15 ans, la communauté LGBT du Grand Moncton célèbre la fierté gaie. Parmi les activités au programme cette année, il y a eu la cérémonie du lever du drapeau à Riverview dimanche dernier, à laquelle j’ai eu le plaisir d’assister. La semaine culminera avec un défilé et une fête de quartier le samedi 24 août. Une soirée d’éducation et diverses activités sociales, y compris un souper, une partie de quilles, de la balle-molle, un bingo et une soirée de karaoké, etc., comptaient parmi les autres événements organisés. Vous pouvez accéder au calendrier complet sur Internet (www.fiertemonctonPride.ca).

La Semaine de la fierté gaie se déroule dans les collectivités de la province à la mi-août. Fredericton célèbre la Semaine de la fierté gaie depuis 15 ans, soit depuis 1998 (un défilé s’est ajouté aux festivités en 2010) et Saint-Jean en est à sa 13e année.

La célébration trouve son origine à New York, où le mouvement LGBT a vu le jour en 1969. Le premier défilé a eu lieu le 28 juin 1970. Cette mobilisation s’est produite pour réagir aux lois civiles discriminatoires lesquelles criminalisaient la sodomie et autorisaient les employés de bar à refuser de servir les clients LGBT. Les arrestations, le harcèlement et les cas de provocation policière étaient fréquents.

De nos jours, des célébrations de la fierté gaie sont organisées dans le monde entier. La plupart d’entre elles se déroulent en juin.

La communauté LGBT a réalisé des gains importants, au fil des ans. Au pays, les membres de cette communauté jouissent désormais de la plupart des mêmes droits que les autres Canadiens: le droit au mariage (depuis 2005) et le droit de pouvoir vivre une vie exempte de discrimination et de harcèlement fondés sur l’orientation sexuelle (la Charte canadienne des droits et libertés et la Loi sur les droits de la personne du Nouveau-Brunswick). Dans les écoles de la province, on enseigne aux enfants l’acceptation et la célébration des différences.

Pour cette raison, certaines personnes estiment peut-être qu’il n’est plus nécessaire de souligner la Semaine de la fierté gaie. Nul besoin de chercher loin pour voir que les célébrations et les cérémonies de la fierté sont encore nécessaires et importantes.

Suivez-vous un peu ce qui se passe en Russie? Le 30 juin dernier, le président russe Vladimir Poutine a donné force de loi à une mesure législative interdisant la «propagande de relations sexuelles non traditionnelles pour les mineurs». Selon l’article 6.21 de la loi, la propagande est l’acte de distribuer de l’information aux mineurs qui 1) est axée sur la création d’attitudes sexuelles non traditionnelles;
2) rend les relations sexuelles non traditionnelles attrayantes, 3) accorde la même valeur sociale aux relations sexuelles traditionnelles et non traditionnelles ou
4) suscite un intérêt envers les relations sexuelles non traditionnelles.1

Pour ce qui est des conséquences en cas de violation de la loi, les Russes «sont passibles d’une amende de 4000 à 5000 roubles (120-150 $ US), les fonctionnaires sont passibles d’amendes allant de 40 000 à 50 000 roubles (1200-1500 $ US), et les organisations enregistrées sont passibles soit d’une amende de 800 000 à 1 000 000 roubles (24 000-30 000 $ US) soit d’une sanction les forçant de cesser leurs activités pendant 90 jours. Pour toute personne se livrant à ladite propagande dans les médias ou sur Internet, l’échelle variable des amendes passe à un autre niveau: pour les particuliers, de 50 000 à 100 000 roubles; pour les fonctionnaires, de 100 000 à 200 000 roubles, et pour les organisations, d’un million de roubles ou une suspension de 90 jours.»2 (traduction libre)

Si vous êtes un étranger, alors les conséquences peuvent comprendre: des amendes allant de 4000 à 5000 roubles, ou l’expulsion de la Fédération de Russie ou passer 15 jours en prison. «Si un étranger utilise les médias ou Internet pour se livrer à de la propagande, les amendes augmentent pour atteindre de 50 000 à 100 000 roubles ou une peine de détention de 15 jours, puis la déportation de la Russie.»3 (traduction libre)

Un autre exemple de la nécessité de ces célébrations vient de Kingston, en Ontario. Un couple de même sexe a récemment reçu deux lettres de menaces lui sommant de quitter la ville ou de subir des torts personnels. Voici un extrait de la première lettre de harcèlement: «Nous sommes un petit groupe engagé de citoyens de Kingston consacrant tous ses efforts à l’élimination du fléau de l’homosexualité dans notre ville. Nous vous connaissons et nous vous suivons depuis plusieurs semaines et nous voulons que vous quittiez cette ville avant qu’il ne soit trop tard, pour vous.»4 (traduction libre) Plus près d’ici, la communauté LGBT de Fredericton a dû travailler d’arrache-pied pendant de nombreuses années pour que le maire reconnaisse la Semaine de la fierté gaie, portant l’affaire à la Commission des droits de la personne. Puis, c’est à Riverview, il y a deux ans, qu’une fleuriste a enfreint la clause antidiscriminatoire de la Loi canadienne sur les droits de la personne en refusant d’offrir ses services à un couple de même sexe qui planifiait son mariage. De plus, la Crandall University maintient sa pratique discriminatoire qui consiste à refuser d’embaucher certaines personnes en raison de leur orientation sexuelle.

Comme vous le voyez, même si des progrès ont été faits, nous devons poursuivre nos efforts. Néanmoins, cette situation ne se limite pas à la communauté LBGT. D’autres groupes marginalisés sont aussi l’objet de discrimination persistante. De ce fait, un travail de sensibilisation soutenu au sujet de leur réalité s’impose. C’est justement pour cette raison que le mouvement des femmes, les francophones hors Québec et les collectivités des Premières Nations poursuivent ce travail important.

En terminant, je tiens à féliciter les bénévoles qui ont organisé les célébrations soulignant la Semaine de la fierté gaie cette année ainsi que tous les commanditaires qui ont permis la tenue de ces activités.

Références

1, 2, 3 – http://www.policymic.com/articles/58649/russia-s-anti-gay-law-spelled-out-in-plain-english

4 – http://ca.news.yahoo.com/blogs/dailybrew/kingston-ont-lesbian-couple-threatened-told-move-town-142152433.html