Enfin, un restaurant de «vraies» poutines!

Depuis sept semaines, un jeune homme de Moncton vend poutines râpées et râpure dans un restaurant situé sur le chemin de Lewisville. L’enseigne de «Chez Mémére Poutine et Râpé» est parfaitement unilingue française, en bleu, blanc et rouge, et, dans la vitrine, un néon affiche «ouvert» et non «open».
À l’intérieur de la grande pièce propre et claire, il y a un comptoir, deux tables de patio recouvertes d’une nappe, quelques chaises, un drapeau acadien punaisé au mur et, quelque part, un dessin au crayon d’une poutine dans une assiette avec trois petites volutes de fumée.
Le menu ne manque pas de simplicité non plus: poutine du jour (3,75 $), poutine d’hier (3,50 $) et râpé (5,75 $), en français seulement. À côté, en anglais seulement, «pop», «water» et «juice» avec les prix correspondants. Je demande gentiment au propriétaire pourquoi ces mots ne sont pas en français aussi:
– Ben, j’ai fait ça pour les anglais qui viennent manger des poutines, parce que tout le reste est en français.
Nous continuons à jaser. Il dit qu’avec le temps, le menu au mur sera plus correct, et qu’il pourrait ajouter quelques tables. Y a-t-il des oignons dans ses poutines? Non, c’est la recette de sa grand-mère et elle était de Shediac. Les affaires vont-elles bien? Oui, mieux que ce à quoi il s’attendait. Est-il seul à tout faire? Non, il a de l’aide les jours de semaine. A-t-il déjà travaillé en restauration? Oui, mais il n’a pas étudié là-dedans. Pendant que nous jasons, je remarque les petits casseaux de cassonade à emporter.
Gageons que ce jeune homme a de belles années devant lui. Il n’a pas investi des milliers de dollars dans la décoration de son restaurant et il ne s’est pas éparpillé dans son menu. L’offre est simple et sympathique, d’autant plus qu’à la fin de la journée, il vend les poutines «bostées» deux pour le prix d’une.
La sophistication à outrance n’est pas toujours gage de réussite. Et commencer «par les petits», comme nous disons en Acadie, est une méthode qui en vaut bien d’autres.