Des arts dans la ville

J’ai eu le bonheur cette semaine de suivre le 28e colloque de l’organisme québécois Les Arts et la Ville qui, pour la première fois, délaissait son territoire pour une incursion en Acadie.

Il faut dire que de nombreuses municipalités du Nouveau-Brunswick font partie de ce mouvement novateur et extrêmement énergisant qui réunit artistes, acteurs culturels, élus et employés municipaux. L’objectif commun: amener l’art et la culture dans tous les recoins de la cité.

Cela ne veut pas seulement dire plus de musées ou de salles de concert ou de bibliothèques, c’est plutôt le désir d’incorporer l’art, l’expression artistique et la culture à notre quotidien pour renforcer les liens entre les citoyens, les aider à se rencontrer, s’intégrer, se développer et s’épanouir dans leurs espaces communs.

Tout le monde peut en bénéficier: les nouveaux arrivants, les jeunes en difficultés, les personnes seules, âgées, les familles et les artistes, bien sûr, qui prennent ainsi leur pleine place dans nos vies, au même titre que nos charpentiers, médecins, architectes, etc.

Ce colloque avait une énergie contagieuse parce qu’il rassemblait, en un même enthousiasme, des gens que notre société nous présente souvent comme totalement opposés.

J’y ai trouvé des maires sensibilisés à l’art et qui n’ont pas peur de le dire, des artistes disposés à délaisser un temps leur processus de création individuelle pour se mettre au service d’une création collective, des travailleurs culturels qui voient des solutions à nos problèmes de sociétés par le biais de l’art.

Le mouvement Les Arts et la Ville prouve qu’il y a de la place, et une place de choix, au sein de nos communautés pour les artistes et pour la culture. Des élus d’ici en sont convaincus et sont venus le dire haut et fort: entre autres, les maires de Dieppe, de Caraquet et d’Edmundston, la municipalité de Shédiac qui dévoilait tout récemment sa politique culturelle et bien sûr Bouctouche qui sait, sans l’ombre d’un doute, ce qu’elle doit à l’art et à l’imaginaire des grandes artistes que sont Antonine Maillet et Viola Léger.

Espérons que bien d’autres municipalités suivront bientôt leur exemple.