Éducation: Importantes les journées d’école?

Déjà on amorce les deux derniers mois de l’année. Dans un peu plus de six semaines, nous serons officiellement en hiver avec ce qu’il apporte comme météo parfois capricieuse.

Nul besoin de rappeler que l’hiver dernier a été particulièrement chaotique. Les sautes d’humeur de la météo ont causé, dans certaines régions de la province, plus de 15 jours de congé scolaire. Beaucoup se sont alors demandé, avec raison, si ces congés ne finissaient pas par nuire aux apprentissages des élèves.

Le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Serge Rousselle, a alors formé un comité chargé d’étudier la question. Ce comité spécial a récemment remis son rapport. Le journaliste Simon Delattre en a d’ailleurs fait un résumé dans l’édition de l’Acadie Nouvelle de mardi.

Il est vrai qu’il y a eu de grosses tempêtes de neige l’an dernier. Mais il est arrivé quelques fois où les écoles ont été fermées la journée de la tempête et la journée suivante puisque les routes n’étaient pas toutes déneigées.

Est-ce que ceci a un lien avec le fait que le ministère des Transports et des Infrastructures avaient réduit la fréquence des trajets des déneigeuses sur nos routes? Si oui, la récente décision de rétablir le service de déneigement, à ce qu’il était avant, devrait aider à réduire le nombre de congés d’école.

Le rapport du comité spécial dresse un portrait juste de la situation. Il s’est toutefois limité sur ce dont il a le contrôle. Il indique qu’il a décidé de laisser de côté d’autres enjeux liés à l’absentéisme comme les tournois et les voyages-vacances pendant les jours de classe.

Je pense que comme communauté, nous devons nous demander s’il est absolument nécessaire de prévoir des tournois (sportifs ou autres) qui débutent les jeudis ou vendredis. N’y aurait-il pas lieu d’organiser les horaires pour que ça ne nuise pas à la présence en classe des élèves?

C’est quand même étonnant que ces absences ne fassent pas les manchettes. Aux 15 journées perdues pour les tempêtes, combien d’autres s’ajoutent? Cinq? Dix? Si on fait le compte, on est rendu à 5 semaines de perdues!

La même question se pose pour les voyages à l’extérieur. Oui, il arrive qu’il y ait des occasions à ne pas manquer. Ces voyages permettent aussi aux enfants de faire de merveilleux apprentissages. Mais il faut être conscient qu’il y a des conséquences.

Il est sans doute aussi difficile pour un enfant de se remettre à la tâche que ça l’est pour l’adulte de se remettre au boulot. Un rythme de travail s’installe au fil des journées scolaires. L’interruption de ce rythme nuit à l’élève. À son retour, c’est comme s’il devait rattraper un train déjà en marche.

Le rapport du comité présente aussi des solutions intéressantes, mais il aurait pu aller un peu plus loin. Techniquement, pour les élèves en âge de rester seuls à la maison, il serait possible d’utiliser le web pour qu’ils continuent de s’avancer dans leurs apprentissages.

Au-delà des trousses pédagogiques que suggère le comité, il serait possible d’utiliser les plateformes web pour y déposer du matériel pédagogique lié aux programmes d’études.

Et, en terminant, en plus des jeux de société, le bricolage et la lecture, il est toujours possible d’aller jouer dehors… l’activité physique aussi fait partie des programmes d’études. Dans une province où la sédentarité et l’obésité sont des problèmes de société, ça pourrait assurément aider à améliorer la situation.

 

Les tempêtes de la dernière saison froide ont laissé d'importantes quantités de neige et entraîné l'annulation de plusieurs jours de classe pour les élèves de la province. – Archives
Les tempêtes de la dernière saison froide ont laissé d’importantes quantités de neige et entraîné l’annulation de plusieurs jours de classe pour les élèves de la province. – Archives