De temps en temps, j’ai l’impression qu’on tourne en rond. Ça m’a frappé en pleine face la semaine dernière.

Revenons en arrière.

Il y a quelques années à peine, le gouvernement provincial pouvait compter sur le Conseil consultatif sur la condition de la femme du N.-B. (CCCF).

L’organisme était doté d’une marge de manoeuvre et d’un financement qui lui permettaient de faire de la recherche et de parler d’une voix forte au nom des femmes.

Puis, en 2011, les progressistes-conservateurs ont évoqué des arguments financiers pour abolir le CCCF. Cette décision a pris à peu près tout le monde par surprise.

On a bien vu qu’on tentait de nous en passer une petite vite et que David Alward était sans doute mort de rire à l’idée de se débarrasser d’une entité qui ne se gênait pas pour critiquer le gouvernement.

Il a fallu attendre en 2013 pour que Fredericton annonce la création d’une solution de rechange; le forum Les Voix des femmes du N.-B. À première vue, il s’agissait d’une victoire pour les femmes.

Mais le gouvernement a fait les choses à moitié en lui donnant 200 000$ par année (soit deux fois moins que le budget du défunt CCCF) et en s’assurant de garder cette nouvelle entité très près de lui.

Quand les libéraux sont arrivés au pouvoir, ils ont donné plus d’indépendance au forum Les Voix des femmes du N.-B. Ils ont aussi doublé son budget.

Tout cela nous amène à la semaine dernière, lorsque les dirigeantes de ce forum ont profité de la Journée internationale de la femme pour demander au gouvernement de clarifier son statut et de solidifier son autonomie.

Les partisans de Brian Gallant vont noter qu’il a pas mal moins tourné autour du pot que David Alward dans ce dossier. Ses critiques diront qu’il n’agit pas assez vite ou, au contraire, qu’il va beaucoup trop loin.

Pour ma part, je vois cela et ce qui m’interpelle, c’est l’évolution cyclique de ce dossier. Cinq années sont passées depuis l’abolition du CCCF. Cinq longues années de débats, de manifestations et de consultations.

Et où en sommes-nous? À la case départ. On tourne vraiment en rond.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle