Il y a, je crois, une expression populaire qui dit «quand on se compare, on se console». J’y ai pensé durant toute la semaine en observant Marine Le Pen, chef du Front National de France se démener comme une diablesse dans l’eau bénite, pour tenter de convaincre les politiciens québécois et canadiens de leur aveuglement face à la menace de l’immigration. Sa visite a été un véritable désastre médiatique, ce dont on ne peut que se réjouir. Elle est en ce moment même à Saint-Pierre-et-Miquelon où elle est reçue à peu près de la même façon.

La visite de Marine Le Pen nous aura offert une comparaison flatteuse pour notre pays. Bien sûr, personne n’est surpris qu’un Trudeau ou un Couillard n’ait eu aucun intérêt à s’asseoir avec le chef d’un parti d’extrême droite mais je suis intimement persuadée que même Stephen Harper n’aurait jamais voulu la rencontrer non plus. C’est tout dire! Au pire moment d’obscurantisme du gouvernement conservateur, les propos xénophobes, racistes et haineux du Front National français n’auraient pas été tolérés, voilà de quoi nous consoler.

Soyons clair, cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas de racistes au Canada ou de gens qui cultivent la peur de l’autre et de l’inconnu. Mais cela signifie que notre société en général a dépassé ce genre de rhétorique et que nos élus, qu’ils soient de gauche ou de droite, ont le bon goût de ne pas tolérer le genre de débordement auquel les Le Pen, de père, en fille, en petite-fille, nous ont habitués.

Vous me direz qu’on déjà tous les jours de quoi se consoler en regardant nos voisins se démener avec Donald Trump, mais le comportement de ce dernier est un tel outrage à la décence et à l’intelligence qu’il est aisé de ne pas le prendre au sérieux et qu’on ne peut pas vraiment s’y comparer. Marine Le Pen, elle, c’est du solide: de la haine soigneusement mûrie dissimulée sous un visage souriant, des arguments soigneusement préparés pour paraître du simple bon sens et pour nourrir la peur, la peur paralysante, irraisonnée, soupçonneuse comme au bon vieux temps de la Collaboration.

Il est heureux que personne dans les rangs de ceux et celles qui nous représentent n’ait voulu écouter ses leçons d’un autre âge.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle