Le transporteur aérien WestJet a annoncé la semaine dernière l’ouverture d’un centre d’appel qui créera 400 emplois dans la région de Moncton d’ici quatre ans.

L’annonce comportait plusieurs hics: le gouvernement du Nouveau-Brunswick devra encore une fois payer la compagnie pour chaque emploi créé; tous les emplois seront décernés à des gens bilingues; un grand nombre de ces postes seront affectés à domicile.

Pour ce qui est de l’incitatif financier, ce genre de «cadeau» semble aujourd’hui incrusté dans la manière de faire des affaires dans toutes les juridictions du pays. Mettons.

Quant aux emplois à domicile, si cette façon de faire est quelque peu avantageuse pour l’employeur (en réduisant ses frais généraux par exemple), les emplois à domicile répondent aussi à un certain besoin. Pour avoir travaillé dans un centre d’appel qui comptait des emplois à domicile, les employés qui travaillaient à la maison étaient loin de s’en plaindre.

La société WestJet explique qu’elle a choisi la région de Moncton en raison de son expertise en matière de centres d’appel et son bassin de population parlant le français et l’anglais. C’est tout à fait juste.

Là où le bât blesse, c’est que TOUS ces 400 emplois seront décernés à des personnes capables de s’exprimer adéquatement en français et en anglais. Pour les anglophones du Nouveau-Brunswick qui ne l’avaient pas encore réalisé, oui, le français est là pour rester. Le temps est venu de s’y faire de l’apprendre.

Le bât blesse aussi pour les francophones qui n’ont jamais vu la nécessité d’apprendre à s’exprimer correctement en français plutôt que de baragouiner un chiac nonchalant et déplacé. Encore une fois, mon expérience dans un centre d’appel m’a permis d’en entendre des vertes et des pas mûres en matière de français et j’avoue que je n’aurais aucunement hésité à mettre quelques Acadien(ne)s à la porte du fait de leur parler français négligé.

Au lieu de se replier sur leur sempiternel complexe d’infériorité linguistique, les Acadiens et Acadiennes du sud-est du Nouveau-Brunswick feraient mieux de se mettre à la page de ce qui est un français à la fois correct et sympathique.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle