La SANB, qui a traversé une grave crise au cours de la dernière année, pourra-t-elle renaître? C’est du moins le vœu de ses dirigeants. Toutefois un immense travail devra être accompli. C’est le vice-président de l’organisme, Philipe Beaulieu, qui a succédé à la présidente démissionnaire qui devra s’atteler à cette tâche.

La première étape a été accomplie lorsque la SANB a pu finalement tenir son assemblée annuelle qui avait été annulée l’an dernier à la suite de l’éclatement au grand jour d’une crise entre d’une part les représentants du forum citoyen et ceux d’une majorité des membres du forum des organismes. Munis du rapport du comité présidé par Bernard Richard, une soixantaine de membres de la SANB réunis à Shediac ont adopté l’essentiel des recommandations dudit comité pour la relance de leur organisme.

L’adage veut que les absents aient toujours tort. Eh bien, il y avait beaucoup de chaises vides à Shediac. Lors de ses meilleures années, la SANB revendiquait quelque 20 000 membres. Ceux qui veulent relancer l’organisme moribond devraient se poser de sérieuses questions quant à cette manifeste indifférence de monsieur et de madame tout le monde.

Au même moment dans le berceau de la renaissance acadienne, la magnifique vallée de Memramcook, plus de 150 personnes participaient à un petit-déjeuner pour faire renaître leur chambre de commerce! Le parallèle est à la fois saisissant et inquiétant. Un organisme censé représenter le peuple acadien du Nouveau-Brunswick ne peut réunir qu’une soixantaine de personnes pour participer à sa relance alors qu’un groupe de citoyens de Memramcook mené par un de ses jeunes leaders fait salle comble.

Les prochains mois seront déterminants pour l’avenir de la SANB. Elle devra se connecter avec la population tout en développant une nouvelle structure. Comme le directeur général de l’organisme a été mis à la porte , sans raison valable (du moins publiquement), ce n’est pas en s’appuyant sur ses ressources internes que la SANB pourra se réinventer.

Si la SANB devait échouer, il ne serait pas surprenant que ses bailleurs de fonds se défilent.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle