Un juge de la Cour provinciale a récemment conclu que la loi limitant l’importation d’alcool au Nouveau-Brunswick est inconstitutionnelle. Lorsque la GRC recevra le mémo, vous pourrez aller remplir votre char de Molson Ex au Québec l’esprit tranquille.

Cette nouvelle nous amène (une fois de plus) à réfléchir sur le modèle néo-brunswickois et à nous demander si le gouvernement devrait relâcher son emprise sur la vente d’alcool.

L’exemple du Québec retient l’attention. De la bière dans les dépanneurs et dans les épiceries et des prix alléchants, ça fait rêver.

Mais il ne faut pas se faire d’idées. Malgré la décision récente sur l’importation d’alcool, Fredericton n’abandonnera pas son monopole sur la vente d’alcool de sitôt. Cela lui coûterait une fortune.

Cela ne devrait pas empêcher Alcool NB de rester aux aguets de ce qui se fait dans les provinces qui, comme le Nouveau-Brunswick, refusent de céder du terrain au secteur privé.

Prenez la Nouvelle-Écosse, par exemple. Chaque fois que je vais dans une succursale de la Nova Scotia Liquor Corporation, la qualité de l’expérience me frappe.

Ce fut encore le cas la dernière fois, au centre-ville d’Halifax, il y a une couple de semaines.

Près de l’entrée, un présentoir mettait en vedette des vins locaux. Le magasin était bien organisé et pas trop encombré. Les employés étaient super sympathiques.

À la caisse, on m’a offert un dépliant sur la route des vins de la Nouvelle-Écosse. La caissière m’a suggéré quelques produits à découvrir pendant qu’elle plaçait ma bouteille dans un beau sac de papier. Et la cerise sur le sundae: elle m’a demandé si j’avais une carte Air Miles.

Je suis sorti du magasin avec l’impression d’en avoir eu pour mon argent. Pas parce que j’avais payé ma bouteille de vin blanc néo-écossais moins cher qu’au Nouveau-Brunswick, pas parce que le logo de la NSLC était attirant, mais bien parce que j’ai aimé mon expérience.

Il est vrai qu’il faut presque vendre un rein pour se payer de l’alcool dans notre coin de pays. Mais si la NSLC m’a fait comprendre quelque chose, c’est qu’il n’y a pas que le prix qui compte.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle