Capitaine America: La guerre civile: du solide!

Il n’est pas toujours facile de vivre avec les conséquences de ses choix. Encore plus quand on est un superhéros. C’est ce que démontre avec un surprenant panache le petit dernier de l’univers Marvel, Capitaine America:  La guerre civile (en salle depuis jeudi soir).

ecranQualifié de «film le plus ambitieux de l’histoire du cinéma de superhéros», La Guerre civile livre la marchandise. Et pas à peu près.

L’oeuvre met en scène pas moins d’une douzaine de héros, dont deux font des débuts aussi attendus que remarqués dans le petit monde des Avengers.

Malgré cette abondance de gros noms, le film est bien plus qu’une interminable succession de scènes d’action. Grâce à un scénario d’une intelligence supérieure (pour le genre), l’oeuvre soulève des questions intéressantes et réserve quelques surprises – même à ceux qui se targuent de bien connaître l’univers de Marvel!

Héros ou justiciers?

La guerre civile s’ouvre alors que les Avengers sont aux trousses d’un terroriste au Lagos. Les héros stopperont la menace, mais leurs actions ne seront pas sans conséquence…

Il n’en fallait pas plus que l’opinion publique se retourne contre les héros qui sont vus comme des justiciers vengeurs dotés de pouvoirs illimités.

Une centaine de pays s’unissent donc et proposent d’encadrer les actions des Avengers, qui passeraient alors sous le contrôle des Nations unies. L’objectif étant de faire en sorte que les héros aient des comptes à rendre face à  ceux qui leur confieraient leurs missions.

L’idée n’est pas sans déplaire à Tony Starks, alias Iron Man. Capitaine America, lui, s’y oppose fortement, ayant davantage confiance en son propre code moral qu’à celui des politiciens.

Le fossé entre les deux héros s’élargira davantage quand le vieil ami du Capitaine, Bucky Barnes (alias le Winter Soldier) sera soupçonné d’avoir commis un attentat terroriste au siège viennois des Nations unies.

Du coup, deux factions de héros voient le jour: ceux qui appuient Iron Man (Black Widow, Vision, Spiderman, War Machine et  Black Panther) et ceux qui sont du côté du Capitaine (Falcon, Hawkeye, Scarlet Witch et Ant-Man).

Le combat que les deux équipes se livreront pour arrêter ou protéger Bucky amènera tout un chacun à faire des choix difficiles…

Solide scénario

Adversaires dans le domaine du film de superhéros, Marvel et DC misent chacun sur une recette différente pour charmer l’auditoire.

Si Marvel est reconnu pour ses films colorés, humoristiques et plutôt légers, DC opte plutôt pour la noirceur et les dilemmes moraux.

La guerre civile est assurément le film qui réussit le mieux à combiner les deux styles. On nous offre ici, et de loin, le scénario le plus complexe et le plus intelligent jamais pondu chez Marvel.

Et en prime, pour la première fois, Marvel marche dans les pas de la trilogie The Dark Knight (de DC) en abolissant la jusque-là toujours rigide frontière entre le bien et le mal.

De l’humour et de l’action

Si La guerre civile aborde des thèmes sérieux, l’humour y est tout de même omniprésent. Même dans les batailles, où les héros s’échangent de délicieuses répliques sarcastiques.

L’humour vient principalement d’Iron Man (évidemment!) et de Spiderman. D’ailleurs, la première rencontre entre les deux personnages est à se rouler par terre et devrait devenir une scène d’anthologie.

L’action est aussi au rendez-vous; et outre lors d’une scène de poursuite beaucoup trop longue, est magnifiquement dosée.

En fait, la bataille royale entre les camps d’Iron Man et de Captain America, dans le dernier acte, est mémorable et fait passer le combat final du récent Batman v Superman pour un film amateur.

De petites lacunes, mais…

Si j’avais un reproche à faire à La guerre civile, c’est que les cinéphiles qui n’ont pas vu les épisodes précédents de la franchise (notamment Avengers: L’Ère d’Ultron) risquent de se sentir perdus par moment.

J’ai aussi noté quelques petites failles dans le scénario, mais rien qui puisse faire ombrage au reste de l’oeuvre.

Parce qu’il s’agit d’un bon film, un film mature. Le combat final entre Iron Man et Capitaine America, qui défendent chacun des convictions qui sont tout à fait justifiables, va assurément vous river à votre siège.

Pour la première fois de l’histoire du cinéma de superhéros, vous risquez de souhaiter qu’il n’y ait pas de gagnant.

Et c’est justement là la grande force de l’oeuvre: elle oblige nos héros (ainsi les spectateurs) à faire des choix qu’ils ne veulent pas faire.
Marvel: les films à venir

1) Doctor Strange (4 novembre)

2) Les gardiens de la galaxie 2 (2017)

3) Spider-Man Homecoming (2017)

4) Thor: Ragnarok (2017)

5) Black Panther (2018)

6) Avengers: Infinity War 1 (2018)

7) Ant-Man and the Wasp (2018)

8) Captain Marvel (2019)

9) Avengers: Infinity War 2 (2019)

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle