Vous avez peut-être appris comme moi, cette semaine, qu’Hollywood prépare un film sur la vie d’Andre The Giant, le plus célèbre colosse de l’histoire de la lutte professionnelle.

Le film s’inspirerait de deux biographies illustrées lancées en 2015, Andre The Giant: closer to heaven, de Brandon Easton et Denis Medri, et  Andre The Giant: life and legend, de Box Brown.

Vers la fin de son existence, qui s’est terminée prématurément en 1993 à l’âge de 46 ans, André Roussimoff mesurait 7 pieds 4 pouces et faisait osciller le pèse-personne à 517 livres.

Un physique hors-norme qui avait d’ailleurs valu au géant français originaire de Coulommiers le surnom de La huitième merveille du monde. En passant, le comique Louis de Funès a également passé une partie de sa vie dans cette commune en région Île-de-France.

Tout cela pour dire que je garde encore en mémoire mes deux rencontres avec le géant. La première fois, c’était au Colisée Léopold-Foulem de Caraquet, au milieu des années 1970. Il se faisait à l’époque appeler Jean Ferré et il avait affronté une autre légende de la lutte, Maurice Mad Dog Vachon. Le ti-cul que j’étais avait été très impressionné par la taille du mastodonte, qui était alors dans la vingtaine. Je l’avais même vu effectuer une savate sur le vilain Mad Dog. Il faut dire qu’il était beaucoup plus svelte dans ce temps-là.

La deuxième fois a eu lieu en décembre 1988 au Colisée de Moncton, un peu plus d’un an après son mémorale combat face à Hulk Hogan à Wrestlemania III. Désormais méchant, il l’avait emporté par disqualification devant Jake The Snake Roberts quand ce dernier a voulu lui présenter son énorme boa. J’étais assis au banc des joueurs quand le mastodonte est passé tout près de moi en coup de vent, le visage terrorisé, sous les huées de la foule.

Qui sera l’interprète de l’ancien champion de la WWF dans cette biopic fort attendue?

Plusieurs noms d’acteurs circulent déjà en ce moment, dont celui de mon bon ami Robert Maillet, de Sainte-Marie-de-Kent. Robert serait effectivement un bon choix.

Il a la stature (6 pieds 11 pouces), est lui-même un ex-lutteur – rappelez-vous de son personnage de Kurrgan à la WWF à la fin des années 1990 -, il est francophone et il profite d’une belle notoriété à la suite de ses participations à des films tels que 300, Sherlock Holmes, Immortals, Hercules, Pacific Rim et la télésérie The Strain.

Reste à voir si les producteurs Scott Steindorff et Dylan Russell, qui sont derrière ce projet, lui feront signe. Je le lui souhaite.

Kuznetsov en mission

J’ai reçu un bref message de Vladimir Kuznetsov, mercredi matin, au sujet de sa sélection pour le Combine de la Ligue nationale de hockey qui aura lieu du 30 mai au 4 juin, à Buffalo.

L’attaquant du Titan d’Acadie-Bathurst me raconte, entre autres, qu’il connaissait l’heureuse nouvelle depuis déjà un mois.

«Mon seul objectif au Combine est d’obtenir de bons résultats. Ça devrait m’aider en vue du repêchage qui aura lieu à la fin de juin», m’a écrit le Russe d’Ekaterinbourg.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle