Vive le pétrole!

Selon de méchantes langues, un dangereux pipeline transportant du poison brut pourrait éventuellement traverser le bassin hydrographique dans lequel s’abreuve la ville d’Edmundston. Pour d’autres, ce serait un beau cadeau d’une grosse compagnie qui ne veut que du bien. Le nôtre?

De son côté, le maire du P’tit-Sault, Cyrille Simard, veut s’assurer que les P’tits-Sautés aient accès à de l’eau potable. Il en demande vraiment beaucoup!

Dans ce dossier, le pouvoir d’intervention de la ville est limité, m’a-t-il confirmé, puisque «les bassins hydrographiques en question sont pour la plupart sur des terres de la couronne.»

J’ai donc décidé d’envoyer un courriel à la Reine. Je lui ai dit: «Mama Jesté, we does not want de ting dat coule in de big hose from Alberta to faire pipi in our P’tit-Sault!»

J’attends sa réponse.

***

Apparence que l’eau, on en a besoin pour survivre.

C’est quand même étonnant, car, en observant attentivement mes congénères humains, j’ai constaté que c’est du pétrole dont on a réellement besoin pour survivre!

En particulier, pour rider en char, une forme d’art ambulant très valorisée en Acadie, déjà forte en culture!

L’idéal, ce serait des voitures électriques. Mais avez-vous pensé à la longueur des fils d’extension que ça prendrait? Imaginez les nœuds gordiens qu’il faudrait trancher pendant les up-and-down de Tracadie-Sheila!

En fait, le pétrole est ESSENTIEL pour tout.

Pensez aux sacs à vidanges. Qui peut vivre sans sacs à vidange? Qui peut se passer d’une poêle en Téflon pour faire une ploye? Quel jeune geek renfermé dans sa chambre renierait ses vieux 33-tours en vinyle? Comment nos flics pourraient-ils bomber le torse sans gilets pare-balles? Comment les Hells pourraient-ils se sauver d’eux sans casques de motos? Et comment le ti-Kevin à sa matante Nancy pourrait-il grandir et s’épanouir sans téter son biberon en polymachin? Tout fait avec du pétrole ça!

Et surtout, grand Dieu, où irait-on sans bas de nylon? Car, je l’affirme solennellement: le pétrole entre dans le bas de nylon!

Mais à quoi serviraient les bas de nylon sans vaseline? Et ça prend du pétrole pour faire de la vaseline!

Oui, je le stridule: que serait la vie sans vaseline?

Je rougis juste à y penser.

***

Dans ce contexte, l’utilité de l’eau potable est moins évidente. Même si on dit que les poètes vivent d’amour et d’eau fraîche, une bonne bière fait autant d’effet!

Justement, il y a des brasseurs de bière à Edmundston! Plus besoin d’eau fraîche, il suffit de passer à la Brouetique et de demander «Sœur Catherine»!

On dit que «son amertume vous mettra à genoux». Qui a dit que les religieuses n’ont plus de pouvoir au Madawaska?

Bon, ok, je suis conscient que certains n’aiment pas la bière. Mais il y a la SANB!

Je ne parle pas ici de l’organisme moribond, autrefois prestigieux, qui agonise avec une gueule de bois, mais de la Société des alcools du Nouveau-Brunswick. Reconnaissons que le gouvernement a pensé à tout: du vin, du scotch, de la tequila pis de la vodka! Et même du pastis pour nos cousins froncés en visite.

Avec ça, si vous n’êtes pas encore satisfaits, sachez qu’il se vend aussi des boissons gazeuses, du thé, des tisanes et d’excellents cafés à Edmundston. C’est hallucinant! Jadis, j’ai même vu du hasch liquide! Hallucinant, ça aussi.

Et pour les irréductibles écolos porteurs d’eau, sachez que OUI, on y vend aussi de l’eau en bouteille! Arrêtez de pleurer, joual vert, ou collectez vos larmes pour faire votre lessive!

***

Alors, devant ce tsunami de liquides en vente partout, comment peut-on être contre la construction du pipeline?

Surtout qu’il va créer des emplois.

OK, peut-être pas des tonnes de jobs permanents, mais, ho: so-so-so so-li-da-ri-té, toé!

OK, peut-être pas nécessairement des travailleurs du Nouveau-Brunswick, mais, hé: so-so-so so-li-da-ri-té, tsé!

En plus, j’ai lu, ébloui, sur le site du projet Énergie Est, que cet oléoduc vise en fait à «remplacer les importations vers les raffineries de l’Est qui dépendent actuellement du pétrole étranger pour répondre aux besoins des Canadiens».

Réduire notre dépendance! Ciel, que ce monde-là est charitable! On applauuuudit!

En fait, si je comprends bien, TransCanada, le promoteur du projet Énergie Est, veut remplacer une certaine dépendance envers le pétrole étranger par une dépendance certaine envers le pétrole albertain.

L’histoire ne dit pas que le prix de l’essence va baisser quand le monde va aller tanker pour rider en char, mais au moins le monde de par icitte ne dépendra plus des méchants vendeurs de pétrole étrangers, dont certains ne sont même pas catholiques! Fouah!

Alors que TransCanada, z’eux, sont fins rares! OK, ils veulent créer une gigantesque structure canadienne de «4 500 kilomètres qui transportera environ 1,1 million de barils de pétrole brut par jour de l’Ouest (…) vers un terminal maritime au Nouveau-Brunswick», comme il est dit sur le site d’Énergie Est. Le plus beau, vous l’aurez compris: ils font ça pour notre survie!

Quoi? C’est surtout Irving qui va en profiter?

Mais Irving, C’EST le New Brunswick! C’est vous tous! Chanceux, va!

Allez, tous en chœur, on scande: I-AM-IRVING! I-AM-IRVING!

(Bon, deux fois, c’t’assez. Sinon, ça risque de créer une dépendance.)

***

Moi, si j’avais été le Créateur du monde, j’aurais créé des chars qui roulent à l’air! C’est beaucoup moins salissant. Surtout pour le monde d’Edmundston. Apparence que c’te monde-là onvaient été vus dernièrement en train de manger devant la cathédrale, pis sontaient tous habillés en blanc! Vrai comme chu là!

Imaginez un déversement de pétrole brut gluant pendant une élégante soupe populaire en blanc! Diantre! Surtout au prix qu’est l’eau de Javel!

Tiens, je viens de comprendre! Le maire d’Edmundston, ce qu’il veut, c’est pas de l’eau potable, c’est de l’eau de Javel! Fallait le dire! Holé, le ratoureux, toé!

En tout cas, moé, quand j’arriverai au ciel, je serai tout équipé: un pot de vaseline pis un cruchon d’eau de Javel. Pis je ferai spinner mes tires de sandale sur le seuil du paradis! Pour la plus grande gloire de Dieu! Vive le pétrole!

Han, Madame?