L’été d’un homme à tout faire

Âgé de plus de 75 ans, notre homme à tout faire ne savait pas quand il allait pouvoir revenir finir son ouvrage.

– On va à un mariage proche de Montréal la semaine prochaine, pis c’est tout probable qu’après les femmes voudront aller en tcheuque part d’autre…

Quelques semaines plus tard, il frappa à notre porte.

– Je viens finir ma job.

– Pis, le mariage ?

Il prend son temps, nous regarde franchement avant de répondre:

– Ma grand’ foi, je n’ai jamais rien vu d’aussi beau. C’était sur une grande farme, tout le dehors de la maison pis de la grange avaient été décorées. D’un autre côté, y avait une longue rangée d’arbres, pis les deux avont marché du bout de ct’allée-là jusqu’à nous autres, les deux en robes blanches… Vraiment, je peux juste pas dire à force que c’était beau!

Il raconta pendant un moment encore les détails les plus frappants, tout semblait avoir été pensé et s’être déroulé à la perfection.

Quelque temps après s’être mis au boulot, il nous fit venir, expliqua:

– Je pensais que j’avais le bon morceau pour mettre dans ce trou-là, mais ça fera pas. À cause de la petite coche qu’y a dans ce coin-là. Je pourrais prendre la chance de le mettre pareil, mais j’aimerais mieux pas. Parce qu’après, si ça tombe, faudra que je faise encore un plus gros trou.

– C’est toi qui sais. Fais comme tu crois.

– Ben là, c’est que je pourrai pas r’venir avant une semaine, parce qu’on s’en va sus l’Île voir Mamma Mia! Ça d’l’air qu’y est pas question qu’on alle pas voir ça.

– Oui, c’est supposé que c’est vraiment bien…

– Ben, on verra…

Une semaine plus tard, notre homme à tout faire réapparaît :

– J’ai finalement trouvé le bon morceau. Je te dirai pas le nombre de magasins que j’ai fait pour le trouver.

– Pis, as-tu aimé Mamma Mia ?

Encore une fois, il nous regarde bien et prend son temps pour répondre:

– In-cro-yable…