Persévérer… toujours!

J’ai appris, avec grand intérêt, cette semaine, le dévoilement du 14e monument de l’Odyssée acadienne à Saint-Jean sur Richelieu, au Québec. Ayant moi-même participé à quelques dévoilements de ce genre – Port la Joye à l’Île du Prince-Édouard, Houma en Louisiane, Miquelon, Cap Saint-Georges à Terre-Neuve ou Bécancour, – je sais l’émotion de ceux et celles qui y assistent.

L’ami Jean Gaudet qui, je pense, n’a manqué aucun des 14 dévoilements, évoque toujours avec émotion les raisons de l’installation du monument et pour les braves qui ont travaillé au projet, le moment est lourd de sens.

Ces monuments deviennent aussi des éléments importants d’une communauté. Je peux vous dire que sa présence à Miquelon, à côté de l’église des Ardilliers, a ajouté un élément important au bourg et au circuit acadien proposé aux touristes; à Halifax, ce sont par centaines que les gens s’arrêtent, lisent la plaque historique avant de tourner un regard affligé vers l’île George où tant de nos ancêtres ont été emprisonnés; à Cap Saint-Georges, au bout du Cap qui vit passer Jacques Cartier, face aux éléments, il affirme le courage de notre peuple. Partout, ces monuments aident à nous faire connaître et contribuent au souvenir.

Le projet des monuments, porté par la Commission de l’Odyssée acadienne de la SNA, est né du 400e anniversaire de l’Acadie.

Si aujourd’hui tout le monde s’entend pour en chanter les louanges, pour reconnaître l’importance des monuments comme points de ralliement, de recueillement et de souvenir des tribulations du peuple acadien, ce ne fut pas toujours le cas: peu après les fêtes du 400e on remettait en question l’idée même du monument, on en critiquait le coût et les municipalités ne se bousculaient pas non plus pour en avoir un sur leur territoire.

Il fallut s’armer de patience et persévérer. Peut-être est-il normal, me direz-vous, qu’un projet de commémoration de notre histoire ait exigé tant d’entêtement, puisque c’est une des qualités premières du peuple acadien. Reste que chacun de ces monuments nous rappelle, si besoin était, qu’il faut souvent avancer malgré les critiques et persévérer, toujours, en espérant des jours meilleurs.