L’Acadie en tournée

Voilà que l’Acadie repart en voyage! Après une première tournée en février et mars, la troupe de «L’Acadie se raconte» reprend le chemin de la France pour 69 jours de tournée et 57 spectacles dans plus de 40 villes différentes, jusqu’au 18 décembre.

Si vous trouvez que ça fait beaucoup de dates et beaucoup de spectacles, imaginez donc que la tournée complète totalisera 90 spectacles et que les foules étaient au rendez-vous cette semaine. Un petit tour sur la page Facebook de l’ami conteur Dominique Breau vous permettra d’apprécier l’ambiance à Évreux, à Beauvais, par exemple.

Les 14 artistes de la troupe, les producteurs, réalisateurs et techniciens de cette entreprise, financée, qui plus est, par une maison de production française, sont donc des ambassadeurs hors pair de notre Acadie et je salue bien bas François Émond et Jac Gautreau qui ont imaginé ce tour de force.

L’affiche du spectacle le dit joliment d’ailleurs : «L’Acadie: un pays tricolore avec une langue qui nous parle». Je ne saurai mieux dire. Cette mégatournée prouve, avec éclat, à quel point l’industrie musicale de chez nous a pris son envol, à quel point des initiatives comme notre présence à l’Interceltique de Lorient, la Francofête en Acadie et la Stratégie de promotion de nos artistes sur la scène internationale (SPAASI) portent leurs fruits après des années de persévérance. Et ce n’est pas la belle Sandra Lecouteur qui dira le contraire, elle qui tourne et tourne en Europe à en être tout étourdie.

Dans quelques semaines se tiendra justement à Moncton la énième Francofête. Un bref regard sur le volet international (proposé par la SPAASI) témoigne de cette maturité: ateliers, conférences, sessions de travail sur la programmation internationale, comment réaliser un plan d’exportation, tout ce qui est nécessaire pour faire carrière sur les scènes internationales sera offert aux participants et, comme d’habitude, plus d’une trentaine de professionnels de l’industrie du spectacle viendront de France, de Belgique, de Suisse et même des États-Unis pour voir les vitrines d’artistes et faire leurs choix.

Que de chemin parcourut, chers amis! Et quel bonheur pour moi de partager, avec vous, pour une fois, cette bien bonne nouvelle.