Quoi comprendre?

Que la Ligue de hockey junior majeur du Québec soit déterminée à réduire les coups à la tête en imposant des sanctions plus sévères est quelque chose que j’applaudie haut et fort.

Sauf que lorsque cette même ligue se met à traiter chacun des cas comme s’ils étaient identiques, sans tenir compte du passé des fautifs ou encore de prendre en considération le portrait réel des fautes commises, est un non-sens.
Le plus bel exemple de ce que j’avance est la façon dont ont été gérés les dossiers de Zachary Malatesta, des Wildcats de Moncton, et de Nicolas Dumulong, du Titan d’Acadie-Bathurst.
La réaction des partisans dans les médias sociaux, en provenance de plusieurs villes du circuit s’il-vous-plaît, est d’ailleurs assez éloquente quant à l’incompréhension collective suscitée par les deux sanctions.
Rappelons d’abord les faits.
La semaine dernière, Malatesta a écopé de sept matchs pour un vicieux et spectaculaire placage sur le pauvre Pascal Laberge, des Tigres de Victoriaville.
Le défenseur des Chats Sauvages est pourtant considéré un récidiviste aux yeux de la ligue – il a eu maille à partir avec un arbitre la saison dernière – et le directeur du département de sécurité des joueurs, Raymond Bolduc, reconnaît que les patins de Malatesta ne touchaient plus à la glace au moment de l’impact.
En d’autres mots, Malatesta s’est assuré que ça cogne dur lors du choc. Notons également que Laberge est depuis tenu à l’écart du jeu en raison d’une commotion cérébrale.
Lundi, Raymond Bolduc a imposé six parties de suspension à Dumulong à la suite de sa retentissante et dangereuse mise en échec, trois jours plus tôt, à l’endroit de Lane Cormier, le capitaine des Wildcats.
Le numéro 2 du Titan en est pourtant à sa première offense du genre, bien qu’il ait raté quelques matchs ces dernières campagnes pour des accumulations de bagarre. Ajoutons que les patins de Dumulong ne quittent jamais la surface de jeu lorsque son épaule vient en collision avec le haut du corps de Cormier qui, faut-il le rappeler, n’a pas été blessé sur la séquence.
N’allez pas croire que je suis en train d’excuser le geste de Dumulong, loin de là. Mais, quand je regarde les vidéos explicatives des deux suspensions sur le site de la LHJMQ, je ne peux que me gratter la tête en tentant de comprendre ce qui a bien pu échapper à mes yeux et à mon jugement.

Zachary Malatesta
Zachary Malatesta

Pour paraphraser le bon vieux Stan, des Boys: Dans mon livre à moi Malatesta méritait au moins le double de Dumulong.
Alors si Dumulong a écopé de six parties, comment se fait-il que Malatesta ait hérité d’une sanction aussi bien dire similaire?
Malheureusement, je ne peux pas compter sur la LHJMQ pour me donner une réponse puisqu’elle a pour politique de ne pas commenter les suspensions. Ce n’est pas mieux du côté des équipes qui préfèrent garder le silence par peur de représailles.
Bref, nous ne saurons probablement jamais pourquoi.
Je me répète, la ligue se doit et a le devoir de punir les coups dangereux à la tête. Mais ce serait aussi une bonne idée qu’elle punisse les fautifs de façon équitable. Parce que sinon, à quelque part, j’ai le sentiment qu’on me prend pour un cave.