De toutes les superstitions reliées aux fantômes ou aux monstres aux intentions lugubres; semblerait qu’une ville tout près de chez-nous détient le titre de – la vérité vraie – d’apparition venant de l’au-delà.

Eh oui! grandes et petites sorcières, ouvrez grand vos oreilles en ce soir de l’Halloween. Bathurst serait, paraît-il, le berceau d’une apparition la plus authentique qui soit en territoire canadien.

Permettez-moi de mettre la table avec un bref survol de l’Halloween avant d’entamer le plat de résistance qu’est le bateau fantôme de Bathurst.

Célébration aux retombées économiques importantes de nos jours, l’Halloween remonte au dix-huitième siècle en Irlande. Les informations recueillies sur la toile précisent qu’«il y a environ 3000 ans, le calendrier celte ne se terminait pas le 31 décembre, mais le 31 octobre. Et cette dernière nuit de l’année était la nuit du dieu de la mort.

En octobre, les nuits se rallongent et la légende raconte que les fantômes en profitaient pour rendre visite aux vivants. Alors pour éviter que les fantômes ne viennent les hanter, les Celtes avaient quelques rituels, dont celui de s’habiller avec des costumes terrifiants pour faire peur aux fantômes et de se réunir pour faire la fête le soir du 31 octobre. Ce sont les immigrés irlandais qui ont apporté la tradition d’Halloween aux États-Unis».

Si l’apparition du bateau fantôme de Bathurst (bateau fantôme de la baie des Chaleurs) semble un fait confirmé par une multitude de gens au cours des ans, les avis sont partagés quant à la date de l’événement en cause, de même que l’origine de l’équipage. Pour certains, la triste destinée du navire remonte à plus de trois cents ans tandis que d’autres prétendent que les événements se sont déroulés au début du 19e siècle. La version du bateau pirate du capitaine Craig semble la plus populaire.

Au début du 19e siècle, les bateaux qui approchaient dans la baie des Chaleurs n’accostaient pas sur la côte. Craignant récifs et marées capricieuses, le capitaine du navire ancrait au large et abaissait le drapeau. Ce signal permettait aux résidents côtiers d’accoster le navire avec leurs petites embarcations, d’en prendre les commandes et de l’approcher de la terre ferme.

Selon les croyances les plus populaires, semblerait qu’un certain capitaine Craig serait à l’origine d’une tragédie dont l’héritage est celui du bateau fantôme. Ce vilain capitaine, accompagné de son premier lieutenant, se rendait chez les autochtones pour leur offrir des babioles et de l’alcool. À l’insu de ces derniers, ils en profitèrent pour voler leurs fourrures et enlever deux de leurs femmes qu’ils ramenèrent à leur navire dans le but d’assouvir leurs instincts primitifs. Ils remontèrent alors le drapeau, indiquant ainsi aux guides locaux d’approcher son bateau, d’en prendre les commandes pour gagner la haute mer. C’est alors que le guide entendit des gémissements provenant de la cale. Il y découvrit deux jeunes femmes sous des fourrures empilées. Le capitaine Craig fut contraint de libérer les deux femmes immédiatement et de les faire descendre dans une petite embarcation, sans quoi le guide refusait de piloter le navire en haute mer.

De la côte, on assista alors au déroulement tragique. Le bateau fut frappé par une immense vague et renversa sur le côté. Tous périrent sur le coup sauf le capitaine Craig, son premier lieutenant et le valeureux guide. Ce dernier gagna la berge à la nage tandis que le capitaine et son acolyte luttèrent en vain contre une mer acharnée pour enfin être engloutis sous les flots.

C’est alors que tard en soirée, l’on vit une boule de feu prendre la forme d’un navire à trois mats. On y apercevait l’équipage tentant d’abaisser les voiles, de jeter l’ancre et de remonter le drapeau en signe de sollicitation d’aide pour naviguer vers la haute mer.

De tous les phénomènes inexpliqués qui pullulent d’un bout à l’autre du pays, semblerait que le bateau fantôme de la baie des Chaleurs est celui qui retient davantage l’attention.

Au cours des ans, des centaines de personnes ont été témoins de cette apparition inusitée. Il y a quelques années, alors que la plage de Youghall, près de Bathurst, était bondée de baigneurs, le bateau fantôme fit son apparition en plein jour. Tous ont été témoins de ce navire à trois mats dévoré par les flammes. L’on s’échangeait des jumelles pour observer le phénomène à moins de deux milles des côtes.

Le monde scientifique tente tant bien que mal d’en arriver à une explication en suggérant le feu de Saint-Elme (décharge électrique lumineuse) ou possiblement une forme de vie phosphorescente. Or, le feu de Saint-Elme frappe des structures telles des clochers d’églises, des tours, etc. Pour ce qui est d’une forme de vie marine phosphorescente qui émanerait à la surface de l’eau, comment expliquer l’apparition du bateau du capitaine Craig en plein hiver sur une étendue gelée?