Commentaire – Des buts à la tonne dans la LHJMQ

Bien que les assistances soient à la baisse, les dirigeants de la Ligue de hockey junior majeur du Québec peuvent au moins se targuer qu’il se marque beaucoup plus de buts cette saison.

Alors que la moyenne de buts par rencontre se chiffrait à 6,83 au terme de la dernière campagne, elle est, croyez-le ou non, de 8,03 jusqu’ici en 2016-2017.

Ça explique sans aucun doute pourquoi on retrouve tellement de joueurs en route vers une saison de 50 buts. Si la tendance se maintient, on aura droit à près de 10 marqueurs de 50 buts, événement qui n’a pas été vu depuis la saison 1999-2000 alors que pas moins de 14 patineurs ont atteint ce plateau.

Avant les rencontres de mercredi soir, Mathieu Joseph (projection de 63 buts), des Sea Dogs de Saint-Jean, Filip Chlapik (56), des Islanders de Charlottetown, Nico Hischier (54), des Mooseheads de Halifax, Joey Ratelle (54), des Voltigeurs de Drummondville, Nicolas Roy (53), des Saguenéens de Chicoutimi, le Néo-Brunswickois Anderson MacDonald (53), du Phoenix de Sherbrooke, François Beauchemin (52), des Foreurs de Val-d’Or, et Dennis Yan (51), des Cataractes de Shawinigan, voguent tous à un rythme qui devrait leur permettre d’atteindre le chiffre magique.

Certes, le Championnat mondial de hockey junior compliquera drôlement les choses pour certains d’entre eux, mais quelques autres pourraient sous peu s’ajouter à cette liste, à commencer par Christophe Boivin, du Titan d’Acadie-Bathurst, et Jake Coughler, des Islanders. Les deux vétérans produisent en ce moment à un rythme qui leur permettrait de réussir 48 buts.

Boivin tente de devenir le cinquième Titan à réussir l’exploit après Olivier Labelle (50) et Mathieu Roy (50), en 2005-2006, Thomas Beauregard (71), en 2006-2007, et Zach O’Brien (50), en 2011-2012.

Mathieu Benoit (1998-1999, 1999-2000) et Ramzi Abid (1999-2000) ont également atteint ce plateau, mais chaque fois en additionnant les filets obtenus au sein de d’autres formations.

Classement serré

Récemment, j’ai fait mention dans nos pages de la parité qu’on peut observer cette saison dans le circuit Courteau.

C’est toujours le cas. Le tiers de la saison est déjà passé et seulement 14 points séparent le club en tête du classement (Armada de Blainville-Boisbriand) de l’équipe qui occupe le 16e échelon (Olympiques de Gatineau).

C’est tellement serré que les Olympiques ne sont qu’à huit petits points du 5e rang détenu par les Remparts de Québec.

Je peux me tromper, mais cette parité risque de compliquer drôlement la vie des directeurs généraux pendant la prochaine période des transactions qui débutera le 18 décembre.

J’ai comme l’impression que ça va prendre des offres incroyables pour sortir certains joueurs de leur équipe actuelle.