Décembre est certainement un des mois préférés des amateurs de hockey junior majeur. D’abord, ils ont probablement davantage hâte au 26 décembre, journée du début du Championnat mondial de hockey junior, que le jour de Noël. Également, ils sont impatients de savoir ce que fera leur équipe favorite pendant la traditionnelle et toujours très importante période de transactions des Fêtes.

Depuis le début de la semaine, c’est carrément la course aux scoops dans les médias québécois appelés à couvrir les activités du hockey junior majeur. Chaque journal et chaque réseau de télévision y va de sa primeur concernant les transactions à venir dans le circuit Courteau. Comme si la Terre allait s’arrêter de tourner si jamais on laissait ces informations privilégiées aux compétiteurs. Wô Les moteurs!

Bien entendu, les joueurs disponibles sont souvent de grande qualité. Il suffit de penser à Pierre-Luc Dubois, des Screaming Eagles du Cap-Breton, qui devrait prendre la route de Blainville-Boisbriand afin d’aider l’Armada à se rendre jusqu’au bout cette saison. Ou encore à Julien Gauthier, des Foreurs de Val-d’Or, qui risque fort de devenir le coéquipier de Dubois dans quelques heures, sinon quelques jours.

Le gardien des Remparts de Québec, Callum Booth, aurait déjà apporté ses grosses jambières à Saint-Jean pour permettre aux Sea Dogs de rivaliser avec les bonnes formations de la ligue ce printemps. Car tout le monde le sait: une équipe championne commence d’abord devant les buts.

Bref, si toutes ces rumeurs se concrétisent, nous saurons rapidement qui veut amener sa monture la première à la ligne d’arrivée et qui va l’amener tranquillement se reposer dans l’écurie.

Chaque année, cette frénésie dépasse un peu l’entendement, si vous voulez mon avis.

D’un côté, il y a les clubs qui sont acheteurs. Ils sont faciles à identifier car ce sont généralement ceux qui trônent au sommet du classement. Quatre ou cinq tout au plus. Ils estiment être à un ou deux éléments près de pouvoir prétendre légitimement à la Coupe du Président, et du coup une participation au tournoi de la Coupe Memorial.

Cette saison, les Sea Dogs, l’Armada, les Cataractes de Shawinigan et les Huskies de Rouyn-Noranda semblent désormais armés pour jouer le tout pour le tout, quitte à sacrifier un peu d’avenir pour leur permettre de gagner immédiatement. Certains ont apparemment déjà annoncé leurs couleurs et il sera intéressant de voir comment réagiront les autres.

Tout à l’opposé, il y a les vendeurs. Eux aussi sont très faciles à dénicher: ils végètent en bas du classement général. De ce groupe, on retrouve les Wildcats de Moncton. Déjà, ils ont clairement annoncé leurs intentions de laisser aller quelques actifs, comme les jumeaux Klima à Chicoutimi, afin de remplir leur banque de choix au repêchage. Et selon ce que nous entendons, d’autres Chats sauvages, dont le défenseur acadien Alex Lavoie ou encore les vétérans Adam Holwell, Cameron Askew et Zachary Malatesta, iront aiguiser leurs griffes ailleurs. Aussi bien dire que cette formation fait une croix sur 2016-2017 en se dégrayant encore plus vite qu’un sapin au lendemain de Noël.

Car pour les Wildcats, la cible est 2018, quand ils entreront dans leur nouveau Colisée flambant neuf. La direction cherche donc à jeter immédiatement les bases de ce qui devrait être une formation championne dans deux ou trois ans. Ils ne sont pas les premiers à penser de cette façon, ni les derniers.

Le Titan d’Acadie-Bathurst se situe où dans cette situation? Selon les rumeurs qui émanent du Centre régional K.-C.-Irving, le directeur général Sylvain Couturier (à qui nous souhaitons d’ailleurs un prompt rétablissement) chercherait déjà à frapper un grand coup dès cette année.

D’abord parce que l’équipe semble être sur son erre d’aller depuis un mois. Le retour du gardien Reilly Pickard, un des meilleurs portiers de la LHJMQ, permet aussi de croire que cette formation, à condition qu’elle ajoute de l’aide en défensive, pourrait aller loin en séries éliminatoires.

Il y a aussi le fait que cette équipe doit gagner maintenant, après toutes ces années de vaches maigres. Les partisans méritent bien cela. Des partisans qui continuent d’ailleurs à se faire tirer l’oreille pour se présenter dans l’aréna malgré les récents succès de l’équipe. Des partisans qui seront probablement prêts à retourner encourager en grand nombre le Titan s’il démontre que ses intentions de viser les sommets ne sont pas de la frime, à la veille d’une saison 2017-2018 où tous les espoirs seront permis.

Ce sera intriguant de suivre les péripéties du Titan, des Sea Dogs et des Wildcats dans les prochains jours. Les équipes qu’ils présenteront aux amateurs dans trois semaines seront foncièrement différentes de celles que nous voyons aujourd’hui. Pour certains, Noël arrivera une semaine plus tôt. Pour d’autres, ce sera à croire qu’ils ne seront pas inscrits sur la liste des enfants sages du père Noël…

*****

Un qui n’a probablement pas à s’inquiéter de tout ça, c’est Philippe Myers. Le Dieppois sera fort probablement encore un porte-couleurs des Huskies de Rouyn-Noranda au terme de la période de transactions dans la LHJMQ.

De toute façon, le longiligne défenseur a d’autres chats à fouetter ces temps-ci. Il aura le privilège de porter l’uniforme du Canada au Championnat mondial de hockey junior.

Pour un gars qui a d’abord été ignoré par toutes les équipes de la LNH avant de signer un contrat avec les Flyers de Philadelphie à titre de joueur invité, cette reconnaissance arrive à point nommé.

Myers aurait pu s’écraser quand il a vu que toutes les formations du circuit Bettman avaient osé le bouder au repêchage. Pourtant, il avait pour lui de nombreux arguments: un bon défenseur dans les deux sens de la patinoire, un droitier en plus, avec une stature déjà conforme aux exigences de la LNH…

Philippe a préféré se retrousser les manches et poursuivre sa progression en travaillant encore plus fort. Aujourd’hui, il en récolte les dividendes.

En devenant le 11e Néo-Brunswickois à porter le chandail unifolié, Myers aura aussi la mission d’effacer l’affront de 2015, quand le Canada a été incapable de s’approcher du podium, une catastrophe en soi.

Parions que nous serons plusieurs Acadiens à l’encourager pendant la période des Fêtes.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle