Les T-Wolves, c’est pour cette année?

Dans la Ligue de hockey junior des Maritimes (MHL), les Timberwolves de Miramichi ont acquis au fil des ans la réputation d’être un club qui finit toujours par s’écraser lors des moments importants.

Les locataires du Centre civique ont beau avoir profité régulièrement de clubs de premier plan depuis la saison 2003-2004 – seulement deux saisons perdantes pendant cette période -, jamais ils n’ont été en mesure d’atteindre la finale.

Cinq fois, toutefois, leur route s’est terminée en demi-finale. Les deux dernières fois remontent aux printemps de 2014 et 2015 face aux Commandos de Dieppe. Les T-Wolves ont aussi raté leur coup en 2004, 2008 et 2009.

Ça doit drôlement commencer à chatouiller certaines personnes à Miramichi, surtout que les organisations de Dieppe (2015), Woodstock (2006, 2010, 2012) et Campbellton (2004) ont tous savouré au moins un championnat depuis le nouveau millénaire.

Cependant, 2017 pourrait bien être enfin leur tour.

Le directeur général et entraîneur Rob MacDonald a mis le paquet, ces dernières semaines, afin de rassembler ce qui se veut la formation la plus puissante des 17 saisons de la concession.

Imaginez, les T-Wolves ont dans leurs rangs 11 joueurs qui totalisent ensemble plus de 610 parties d’expérience dans le junior majeur (LHJMQ, WHL, OHL). C’est énorme. En fait, ça n’a pas dû arriver souvent dans l’histoire de la MHL voire même dans l’ensemble du pays à ce niveau de jeu (junior A).

À titre comparatif, les Commandos de Dieppe comptaient sur moins de 400 matchs d’expérience dans le junior majeur parmi ses troupes lors de la conquête de la Coupe Kent en 2015.

Il y a un an, les Crushers de Weeks, qui sont les champions en titre, n’étaient pas très loin de la profondeur des T-Wolves avec un peu moins de 500 rencontres d’expérience junior majeur parmi ses ouailles.

L’année de l’Attack?

Les amateurs de sport d’hiver auront une dernière occasion d’encourager (ou de découvrir) l’Attack de l’Atlantique, en fin de semaine, à l’aréna Marina de Cocagne.

Les filles de l’entraîneur Gilles Proulx, qui occupent en ce moment le premier rang du classement général de la Ligue nationale de ringuette, n’ont plus que trois matchs à disputer à domicile.

Pour l’occasion, l’Adrénaline de Lac-Saint-Louis sera dans la région pour une série de trois matchs en moins de 24 heures.

Vous seriez surpris de voir tout le talent qu’on retrouve chez l’Attack, à commencer par Martine Caissie, Dominik LeBlanc, Josée Doiron, les soeurs Proulx (Joëlle et Miguelle) et les soeurs Snowdon (Jenny, Jessica et Britney). Sans oublier, bien sûr, la gardienne Karine Doiron.

Il est fou ce Terre-Neuvien

Levez la main celui ou celle qui voyait Tyler Boland, de l’Océanic de Rimouski, comme champion pointeur de la LHJMQ.

Certes, il reste encore un peu moins de 20 matchs à disputer, mais son avance de 11 points sur son plus proche poursuivant (Maxime Fortier, Halifax) le place en très bonne position pour mettre la main sur le trophée Jean-Béliveau.

Boland totalise 83 points (37-46) en 50 parties, dont 27 (10-17) dans ses 10 derniers duels.