La privatisation d’Alcool NB

«Que faire avec la Société des alcools du Nouveau-Brunswick?» Une étude de l’Institut Donald J. Savoie apporte une réponse à cette question qui flotte dans l’air depuis un certain temps. Il faudrait simplement privatiser Alcool NB et cela serait avantageux à plusieurs points de vue.

La province pourrait récolter des revenus annuels supplémentaires et les consommateurs auraient plus de choix. Il y aurait également davantage de points de services et de magasins spécialisés. Le Nouveau-Brunswick pourrait quitter l’ère victorienne concernant la vente d’alcool pour faire son entrée dans le 21e siècle.

La menace de pertes d’emplois semble être une source d’inquiétude pour plusieurs. C’est certain que les employés d’Alcool NB devraient se chercher un autre emploi ou être recrutés par les entreprises privées qui prendraient la place de la Société des alcools.

Le modèle d’affaire d’Alcool NB repose sur la détention d’un monopole – une pratique qui n’est plus acceptable de nos jours. En plus d’être une source de revenus importante pour la province, Alcool NB est un nid de patronage pour le parti au pouvoir. Il aura fallu attendre en 2014 avant que le PDG d’Alcool NB ne soit nommé à partir d’un processus ouvert et transparent.

Il est inconcevable qu’en 2017 les citoyens des centres urbains de cette province ne puissent s’acheter de l’alcool le dimanche après 17h alors que les habitants des régions rurales qui ont accès aux magasins franchisés peuvent eux se procurer de la bière ou des spiritueux. Où est la logique?

Le gouvernement de Brian Gallant qui est à recherche de revenus supplémentaires devrait prendre au sérieux l’étude produite par l’Institut Donald J. Savoie. La vente des actifs d’Alcool NB serait bénéfique pour le trésor public et la privatisation apporterait davantage d’argent dans les coffres de la province.

Avec des élections générales qui se pointent à l’horizon pour 2018 et l’accueil plus que timide réservée à l’étude de l’Institut Donald J. Savoie par la ministre des Finances, Cathy Rogers, il serait fort étonnant que les libéraux de Brian Gallant ne fassent de la privatisation d’Alcool NB une de leurs promesses électorales.