Le chiac a la queue glissante

À Moncton dans le cadre du Festival Frye, j’ai rencontré la semaine dernière la romancière Madeleine Thien, gagnante du dernier prix du Gouverneur général en littérature anglaise pour son roman Do Not Say We Have Nothing (qui paraîtra en français l’an prochain).

Cette œuvre de Mme Thien est devenue un succès mondial, ce qui veut dire, entre autres, abondance de voyages, de rencontres et d’occasions de toutes sortes. Elle est donc un peu fatiguée, mais elle est également renseignée et aimerait bien entendre du chiac.

Je nous conduis d’abord dans une cour d’école (même si c’est interdit), mais les enseignants sont en ressourcement et donc pas d’élèves ce jour-là.

J’essaye ensuite un supermarché, encore là, pas de chance, nous croisons surtout des personnes d’un certain âge qui parlent un beau français exempt de mots anglais. L’air innocent et oreilles pointées, nous traînons encore un peu, mais rien n’y fait.

En sortant du supermarché, j’aperçois un autre établissement où je pense que nous trouverons peut-être. Après quelques minutes d’errance dans les allées, je l’entends, venant d’un bureau tout au fond, un parler chiac de la pure espèce.

Je fais signe à Madeleine, nous nous approchons. Mais il y a de l’interférence et d’une chose à l’autre je suis obligée de nous présenter et dire ce que nous cherchons. Nous sommes accueillies chaleureusement par deux hommes dans la force de l’âge qui offrent de nous régaler linguistiquement.

Nous prenons 15-20 minutes pour causer de tout et de rien. Je pose des questions, les deux hommes parlent facilement, mais, encore une fois, dans un bon français qui sort tout naturellement. Pourtant, il y a quelques minutes, l’un d’eux parlait on ne peut plus chiac! Je suis à la fois déçue pour mon invitée et rassurée pour notre français.

Pour finir, un des gars reconnaît qu’il est difficile de se mettre à parler chiac tout de go, hors contexte:

– Si tu veux entendre du chiac, vas au Bayon le vendredi soir après neuf heures, là tu vas en entendre du chiac!