Plus jamais ça!

Quelques jours, encore et nous saurons qui, d’Emmanuel Macron ou de Marine Le Pen, prendra la présidence de la France. Bien que nous soyons Canadiens et Canadiennes, cette élection doit nous concerner, au même titre que la présidence des États-Unis, car ses conséquences pourraient être funestes pour nous tous.

Que Marine Le Pen se trouve au second tour me semble déjà une aberration tant le Front National est clair sur ses orientations d’extrême droite, allez osons le mot: fascistes. En 2002, c’était son père qui se trouvait au second tour de la présidentielle. La consternation fut générale et le mouvement immédiat pour que toutes les voix du second tour aillent à son adversaire, Jacques Chirac, qui l’emporta avec une majorité de  82,21%.

Quinze ans plus tard, c’est au tour de l’héritière politique et idéologique de Jean-Marie Le Pen, de se rapprocher dangereusement de l’Élysée. Et malgré de gros efforts pour aseptiser le Front National et le rendre plus fréquentable, Marine Le Pen donne à réfléchir: selon elle, en effet, les Français n’ont pas pris part à l’expulsion des juifs durant l’occupation; elle  déclare aussi que Richelieu est son personnage préféré de l’histoire de France et quand on lui fait remarquer que c’est tout de même lui qui a persécuté les protestants, elle répond que c’est parce que leurs exigences ne correspondaient sans doute pas aux grands desseins du Cardinal.

Malgré tout cela, cette fois, la consternation des électeurs n’est pas totale et les questionnements nombreux: doit-on voter Macron? Sera-t-il mieux qu’elle? Pire? Ne faut-il pas mieux voter blanc? S’abstenir? Comme si, le Front National était devenu un banal parti comme les autres!

On peut à moitié comprendre que les Américains qui n’ont jamais fait l’expérience du totalitarisme se soient laissé abuser par Trump, mais les Français, eux, qui ont fait directement l’expérience du fascisme, comment peuvent-ils considérer, ne serait-ce qu’un instant, choisir une candidate dont le parti grouille d’admirateurs du Reich et de négationnistes?

Au nom du général de Gaulle comme au nom du plus modeste des Résistants, au nom du plus discret des Français Libres, au nom des millions de victimes de Hitler et de Pétain, plus jamais ça!