Mariage acadien

Submergée à longueur de jour par les inquiétantes nouvelles du monde, puisque nous sommes aujourd’hui condamnés à tout suivre en direct – en Corée du Nord comme au sein d’une Maison-Blanche de plus en plus noire – je suis tombée, Dieu Merci, sur une nouvelle charmante, pleine de bonheur et de symboles.

Le 17 juin prochain, Lise Robichaud de Meteghan, en Nouvelle-Écosse, et le Louisianais Brad Lejeune, vont se marier dans l’Habitation de Port-Royal, le plus ancien de nos sites historiques nationaux, érigé sur les lieux mêmes où Champlain s’est établi après un hiver désastreux sur l’île Sainte-Croix.

Cette charmante idée ne vient pas du désir de donner un décor unique à la cérémonie, mais bien de l’envie de montrer que l’Acadie est encore présente sur les lieux mêmes qui ont vu sa naissance. C’est pour cela d’ailleurs que cette nouvelle m’a touchée au point de vouloir la partager avec vous.

Vous le savez, j’ai passé beaucoup de temps à Grand-Pré et sur ces terres ancestrales de la Nouvelle-Écosse et j’ai toujours été frappée de constater que nous n’occupons plus ces hauts lieux de la mémoire acadienne. C’est si vrai, qu’un jour où je m’étais permis de faire remarquer à la propriétaire d’un camping de Grand-Pré que tant qu’à s’appeler «Évangéline», elle aurait pu au moins employer quelqu’un qui parle français, elle m’avait répliqué : «Je sais que les Acadiens sont partis de la région, mais je ne savais pas qu’ils étaient revenus!» Je vous laisse deviner mon état d’esprit lorsque j’ai rencontré, une heure plus tard, dans une réunion, le ministre du Tourisme de la Nouvelle-Écosse!

Je trouve donc excellente cette idée de se marier à Port-Royal! Je suggère même qu’on encourage l’initiative et qu’on l’étende à Grand-Pré. Pourquoi ne pas envisager de célébrer mariages et autres moments forts d’une vie sur ces terres qui ont vu l’établissement de nos ancêtres? De telles cérémonies nous permettraient de renouer avec notre histoire et de remplacer la noirceur par la joie.

Et tant qu’à faire, peut-être devrions-nous encourager aussi les Acadiens de la Nouvelle-Écosse à s’implanter à Grand-Pré ou à Port-Royal. Ne serait-il pas doux de voir les boîtes postales aux couleurs du drapeau fleurir le long de Old Post Road?