Les Tigres sont-ils en sursis?

Au premier coup d’oeil, les résultats du sondage effectué par la Ville de Campbellton au sujet de la pertinence de garder et de financer les Tigres de Campbellton semblent rassurants pour l’équipe de la Ligue de hockey junior des Maritimes et ses partisans. Mais est-ce vraiment le cas?

Si on est un partisan des Félins, on se réjouit de voir que cinq répondants sur six de ce référendum à peine voilé ont dit approuver l’appui de la Ville et le montant versé de 70 000$ dans le budget d’opération du club, qui est de près de 350 000$.

Ils ont certainement dû lâcher un soupir de soulagement.

Mais si on trouve que ce dossier est un fardeau inutile pour Campbellton et le Restigouche, on peut toujours se rabattre sur le faible taux de réponse de cette enquête, car moins d’un ménage sur quatre de la communauté a daigné s’exprimer sur le sujet.

Il faut donc prendre un certain recul dans l’analyse des données.

Qu’est-ce que cela signifie réellement? Les Tigres obtiennent-ils un réel intérêt de la part des citoyens de Campbellton et des environs?

Ce n’est vraiment pas clair.

D’abord parce que le faible taux de retour du questionnaire ne permet pas d’affirmer sans l’ombre d’un doute que les citoyens payeurs de taxes de la Ville – et que fait-on de l’opinion des autres communautés du Restigouche? – veulent absolument garder cet emblème aux griffes acérées à l’entrée de leur immense amphithéâtre.

Pour la mairesse Stéphanie Anglehart-Paulin et les élus assis autour de la table du conseil, il y a de quoi se gratter la tête. Peut-être ont-ils été surpris? Peut-être espéraient-ils secrètement un constat différent – obtenir le mandat de la population pour se débarrasser des Tigres -, ce qui leur auraient donné les coudées franches afin d’amorcer la vente de l’équipe?

Allez donc savoir.

Mais ils n’auront pas à attendre bien longtemps avant d’être fixés. La saison 2017-2018 de cette formation devrait leur offrir plusieurs réponses.

***

L’entraîneur-chef Greg Leland a beau noter de l’enthousiasme chez ceux qui participent actuellement au camp d’entraînement du club, ce n’est que lorsque le calendrier régulier du circuit des Maritimes s’amorcera, vendredi prochain alors que les Lumberjack de South Shore seront dans le Restigouche, que nous saurons réellement si Campbellton tient vraiment à ses Tigres.

En fait, il faut surtout encercler la date du 31 mars 2018 dans son calendrier. C’est à ce moment que nous saurons si la Ville poursuivra l’aventure. Il est à parier que les conseillers municipaux et la mairesse suivront de très près ce qui se passera sur la patinoire et dans les gradins du Centre civique Memorial cet hiver.

Ça fait plus d’un quart de siècle que le hockey junior A tente de se construire une niche durable à Campbellton à travers les River Rats du Restigouche, les Tigres du Restigouche et les Tigres de Campbellton. Cette équipe a réussi à remporter deux championnats, en 1998 et en 2004, mais peinent depuis près d’une décennie à atteindre le seuil de la respectabilité, avec seulement deux saisons gagnantes et autant de participations aux séries éliminatoires depuis 2007.

À travers cette période de misère, il faut noter des campagnes atroces de six victoires en 2009-2010, 10 en 2013-2014, 11 et 2010-2011, 12 en 2012-2013 et 14 en 2016-2017.

Rien pour attirer les foules, vous admettrez.

***

Les Tigres ont toute une côte à remonter – pas mal plus haute que le mont Sugarloaf! – et ça survient malheureusement dans une année cruciale pour la survie de l’équipe dans le Restigouche.

Et si c’était nécessaire, la dernière année n’a pas été comme un long fleuve tranquille au sein de cette organisation. En plus des défaites à répétition, spécialement en deuxième moitié de saison, la direction a échangé ses meilleurs éléments dans ce qui a eu tout l’air d’une vente de feu, obtenant en retour des choix lointains au repêchage.

Des décisions tellement douteuses que le président du club, Ian Comeau, a fini par claquer la porte cet été en raison de mésententes avec le directeur général Leland, qui aurait procédé à des transactions sans l’en aviser. Ça ne donne pas vraiment une belle image, ça.

Si les Tigres peinent à offrir une opposition décente au reste des équipes de la Ligue de hockey junior des Maritimes d’ici à la période des Fêtes, est-ce que les amateurs fidèles couperont les liens?

Est-ce que les élus de la Ville, coincés dans des budgets de plus en plus serrés, freinés par un taux de taxe foncière qui étrangle le porte-monnaie de leurs concitoyens et obligés de réserver une jolie somme à son équipe de hockey au détriment du maintien d’importants services, seront confrontés à l’inévitable?

***

Surtout que l’idée d’un déménagement de la licence d’exploitation des Tigres ne peut plus être considérée comme une hérésie aujourd’hui, même si cette équipe présente un historique de près de 30 ans. Il suffit de voir ce qui est arrivé aux Commandos de Dieppe il y a quelques mois à peine.

Malgré le succès sur la patinoire, cette formation a été incapable de survivre dans un marché bien plus populeux qu’est Dieppe, au point où elle a déménagé ses pénates pour se transformer en Blizzard, à Edmundston.

Le hockey junior des Maritimes demeure un circuit d’intérêt local. Ça ne fait pas la file de Bathurst pour se rendre à Campbellton les soirs de matchs.

Il y a certainement des communautés dans les Maritimes qui réfléchissent à accueillir chez elles le hockey junior A dans un avenir rapproché. Et ces mêmes communautés ont assurément à l’oeil ce qui se passe actuellement dans le Restigouche. Qui sait si elles n’ont pas déjà approché en catimini la Ville afin de signifier leur intérêt à acquérir les Tigres si jamais… Si c’est effectivement le cas, parions qu’elles n’ont pas trop aimé le résultat du sondage.

Mais au-delà de ces chiffres qui ne veulent pas dire grand-chose dans le fond, la question reste entière: les Tigres demeureront-ils à Campbellton ou sont-ils en sursis?

La réponse va arriver bien assez vite.