Honneur aux braves

J’étais tentée de vous parler de ce qui se passe à Porto Rico, à Las Vegas et à Washington, tant il y a de quoi désespérer de la race humaine devant ces vieux clowns qui y règnent en maîtres, dans la fange de l’hypocrisie, de la bêtise et du mensonge.

Mais, dans un sursaut d’optimisme, je préfère vous parler de cette nouvelle génération qui, chez nous, choisit de monter au créneau politique pour essayer, je dis bien «essayer», de changer les choses.

La semaine dernière le parti néo-démocrate s’est choisi un chef de 38 ans, Jagmeet Singh, quelques semaines plus tôt les conservateurs ont fait de même en élisant Andrew Scheer, 38 ans également. Avec un premier ministre de 45 ans, on peut dire que notre monde politique fait une cure de rajeunissement.

Chez moi, un nouveau conseil municipal a été élu avec une majorité de jeunes et beaucoup de femmes. Et puis, il y a Isabelle Thériault qui se lance en politique pour remplacer Hédard Albert à Frédéricton, une candidature réjouissante pour les artistes et pour tous ceux et celles qui aiment et respectent Isabelle.

Je ne vous cacherai pas que, personnellement, je lui avais conseillé d’attendre. Pas parce que je ne la trouve pas assez mûre pour la tâche, bien au contraire, mais parce que je crains que la politique ne l’étouffe, ne l‘écœure, ou les deux. Je suis certaine de ne pas avoir été la seule à lui recommander la prudence. Elle a choisi d’y aller et, à bien y réfléchir, c’est tant mieux.

Pourquoi attendre quand il y a tant à faire? Quand tant de personnes se dérobent devant le défi. Quand le sport national est de critiquer les politiciens tout en évitant soigneusement de faire sa part dans sa mairie, sa province ou son pays. Quand nos institutions ont tant besoin d’idées nouvelles, d’énergie et d’enthousiasme.

Loin de moi l’idée que l’âge est un handicap! À 60 ans je pense que j’ai encore le meilleur de moi-même à mettre au service de la société, mais il devient plus important que jamais que nous le fassions avec des plus jeunes qui dominent les complexités d’un monde qui souvent nous dépasse.

Alors bravo Isabelle, Jagmeet, Andrew, Hope, Sheilagh, Maggie, Debbie et tous les autres braves. Et merci.