Lettre à une personne courageuse

Chère Noémie, je t’avoue avoir été très naïf. Jamais je n’aurais cru que j’aurais à écrire une chronique à propos de ce que tu as vécu. Je suis triste de penser que tu n’es sans doute pas la seule de ton âge à subir des moqueries et de l’intimidation. Je pensais qu’en 2017, on ne se moquait plus de l’identité d’une personne.

Quelqu’un qui met son chandail à l’envers, ça peut être comique. Quelqu’un qui naît dans le mauvais corps, il n’y a rien de drôle.

J’essaie de me mettre à ta place pour comprendre à quoi a bien pu ressembler ta vie intérieure ces dernières années. Je me rends compte, dans un sens, que je l’ai eu facile si je me compare à toi. En grandissant, au fur et à mesure que mon identité se révélait à ma conscience, je pouvais me reconnaître dans ce qu’on attendait de moi. Et, en même temps, je me sentais reconnu, dans mon identité, aux yeux de mon entourage et de la société.

Je suppose que tu ne t’es pas souvent reconnue dans les livres pour enfants que tu as lus. Je suppose que ça te crève le cœur quand tu entends ou lis, dans les médias sociaux, des commentaires désobligeants concernant les toilettes neutres ou la petite case «autre» à côté de féminin ou du masculin sur les formulaires. Noémie, ce n’est pas toi le problème!

Ce n’est jamais facile d’être différent. En fait, la différence, ça dérange. C’est compliqué. Ça demande de la réflexion. Les humains aiment ça quand c’est simple et uniforme. On aime ça quand tout le monde est pareil. On aime ça quand tout le monde fait la même chose de la même manière. Sinon, c’est bizarre. Nos anciens repères ne suffisent plus pour comprendre ce qui se passe. On ne sait plus quoi penser.

Mais ça prend des personnes courageuses pour faire évoluer les pensées. Il faut du courage pour accepter sa différence qu’on ne choisit pas. Ce n’est jamais facile de savoir qui l’on est vraiment et d’être ce qu’on est dans une société qui prétend mieux savoir ce qui est bon pour tout le monde. Les femmes doivent être minces et les hommes musclés. Il faut conduire la voiture de marque et posséder la grosse maison pour bien montrer qu’on a réussi dans la vie.

Heureusement, il y a toi et toutes les personnes qui choisissent, tout simplement, d’être. Dans une société de la performance, il faut des personnes courageuses pour résister à la pression. Il faut des personnes comme toi et ta famille pour que la société évolue réellement d’une simple tolérance à une acceptation inconditionnelle de la différence. Je souhaite qu’on évolue au point où l’identité de genre ne soit même plus un enjeu.

Toute société a besoin d’héroïnes et de héros courageux comme modèles. Nous célèbrerons bientôt les militaires qui ont contribué à bâtir notre pays. C’est notre démocratie, nos droits et nos libertés qu’ils ont défendus. Toi, parce que tu choisis de vivre, d’être toi, comme toutes les personnes qui le font, avec tout le soutien de tes proches, c’est une humanité bonne, plus belle et meilleure que tu contribues à bâtir.

Reste courageuse!