Les dieux du hockey sont-ils tombés sur la tête?

Les dieux du hockey semblent complètement tombés sur la tête en ce début de campagne 2017-2018.

Quelqu’un devrait peut-être leur dire que la saison est commencée et que le temps des folies est terminé.

Quand on regarde le classement de la LNH, il y a de quoi se gratter la tête.

Que font les Red Wings de Detroit (4-1-0) et l’Avalanche du Colorado (4-2-0) parmi les meilleures équipes? Et que dire des Golden Knights de Las Vegas (4-1-0)?

Les équipes d’expansion sont habituellement destinées à connaître quelques saisons atroces avant de remonter la pente. Il faut croire que l’équipe de Gerard Gallant n’a pas reçu le mémo.

À l’autre bout du spectre, qu’est-ce qui se passe avec le Canadien de Montréal (1-3-1) et les Oilers d’Edmonton (1-3-0)?

Avec son beau gros contrat de 10,5 millions $ par saison, Carey Price devait pourtant mener cette équipe à une saison digne de l’élite dans la section Atlantique.

Sauf que le Tricolore occupe présentement l’avant-dernier rang, avec un piètre dossier de 1-3-1 et seulement huit petits buts marqués (une moyenne de 1,6 par rencontre) en cinq parties. Alexander Ovechkin, des Capitals de Washington, en a marqué neuf (en seulement six parties) à lui seul.

À Edmonton, comment expliquer la piètre fiche des Oilers? Plusieurs les voient pourtant en finale de la coupe Stanley en mai. Après un tour du chapeau à son premier match de l’année, le sensationnel Connor McDavid a été limité à un petit but à ses trois rencontres suivantes.

On pourrait aussi parler des Stars de Dallas (2-3-0) et des Sharks de San Jose (1-3-0), qui en arrachent et pas à peu près.

On observe le même phénomène dans la LHJMQ.

Qui aurait prédit que le premier rang du classement après 11 parties serait occupé par les … Wildcats de Moncton?

Mais l’équipe de Darren Rumble (8-1-2=18 points) est inspirée par son trio des Schtoumpfs composé de Jeremy McKenna (5 pieds 10 pouces et 180 livres), Mika Cyr (5 pieds 8 pouces et 160 livres) et Jakob Pelletier (5 pieds 8 pouces et 155 livres) et par un vétéran gardien qui semble en mission cette saison.

Mark Grametbauer vient d’ailleurs de recevoir le titre de joueur de la semaine dans la LHJMQ.

À l’opposé, le Titan d’Acadie-Bathurst (4-3-4=12 points) connaît un départ en deçà des attentes. Il faut cependant dire que l’équipe de Mario Pouliot a dû composer avec un alignement en constante mutation depuis le début de la saison. Il y a eu des blessures, des suspensions, des rappels, des arrivées et des retours au jeu.

On peut penser que tout va rentrer dans l’ordre au cours des prochaines semaines au Centre régional K.-C.-Irving.

Il faut donc se demander si cette tendance va se maintenir ou si les dieux du hockey ont juste pris un petit coup de trop durant la saison estivale!