Petite tournée paroissiale

Temps dur pour la planète, assaillie de calamités: le ciel vomit des ouragans de rage, le feu brûle tout sur son passage, les éléments sont déchaînés. Ce n’est peut-être pas l’Apocalypse, mais ça fait peur!

Et c’est sans compter la désertification du Sahel, la fonte des banquises, le brouillard mortel du smog, les espèces en voie de disparition, alouette!

Amenez-en du glyphosate, des OGM, des coupes à blanc, de la surpêche! Inventez-en des nouveaux trucs en plastique! Pas grave les milliers de satellites moribonds qui tournent en rond pour rien autour de la terre!

La folie triomphe dans les lieux de pouvoir; ce qui paraît insensé devient force de loi; le virtuel prend le dessus sur le réel. Raboudinée sur son radeau technologique, l’humanité semble voguer tout droit vers les récifs de la folie. L’Antéchrist rôde dans les parages.

***

Mais il y a pire! Du moins, selon mon journal qui titrait, pas plus tard que lundi: «Beaubassin-Est s’enfonce dans la tourmente».

Doux Jésus miséricorde!

Sans entrer dans les détails de ce récit digne d’un feuilleton de Balzac, il serait question d’intimidation, de censure de la parole publique et de manque de transparence dans la gouvernance, si j’ai bien compris.

Le conseil municipal semble avoir de la difficulté à imposer ses volontés! Imposer n’est peut-être pas la solution?

Bref, Beaubassin-Est et Maison-Blanche: même combat!

***

Et juste comme on pourrait croire que c’est le boutte du boutte, il y a pire encore: les femmes de Campbellton seront privées de danseurs nus! Même des danseurs nus en bobettes erluisantes!

Non, mais, jusqu’à quel point poussera-t-on la cruauté municipale, je vous le demande?

Pour les girations pelviennes en tenue affriolante, les femmes de cette région devront se fier aux bons services de leurs maris, conjoints, amants et concubins déguisés en Village People!

J’espère au moins que la ville a prévu organiser des cours de «pole dancing» pour ces messieurs! En passant, je donne justement des cours! Je ne garantis pas le résultat, mais le poteau de téléphone est solide en titi.

***

Autre petite merveille: Balmoral continue d’étonner agréablement avec ses projets créatifs visant à ravigoter la culture agricole.

En effet, on y aménagera un jardin culturel, en collaboration avec l’école primaire la Mosaïque, pour y cultiver des légumes qui pourront être ensuite utilisés à la cafétéria de l’école, ou vendus localement, ou même offert à des soupes populaires.

Quand on dit qu’un projet peut être créatif et rester relativement simple, on pense à des projets de cette nature. Des projets qui rejoignent tout un réseau de citoyens, des plus jeunes aux plus vieux, issus de milieux différents, amplifiant le sentiment communautaire.

Et quand on a, de plus, l’intelligence d’y intégrer des activités culturelles grand public, on joint l’utile à l’agréable. Un mot: BRAVO!

***

De son côté, dans un sursaut de lucidité adulte, la Ville de Bathurst a finalement décidé que le soir de l’Halloween les jeunes pourront quêter des bonbons jusqu’à 16 ans et jusqu’à huit heures du soir. Fiou.

Après tout, si on les croit capables à 16 ans d’aller voter et de conduire une voiture, on ne voit pas ce qui les rendrait inaptes à se déguiser en Freddy Krueger pour aller frapper aux portes du voisinage avec leurs doigts en ciseaux quand il fait noir, un soir d’Halloween!

Puis-je quand même recommander – une personne avertie en vaut deux! – de se munir du type de bonbons approprié à cet âge. Une erreur de bonbon pourrait les traumatiser et… adieu les beaux rosiers devant la maison!

***

Parlant de nouvelles encourageantes, un autre titre du journal a retenu mon attention récemment: «Cannabis: les municipalités veulent leur part du gâteau».

Il est question de taxation et de répartition de l’usufruit de la légalisation de cette substance décrite, jusqu’à tout récemment, comme une herbe maléfique à ce point néfaste qu’on devait en criminaliser l’usage. C’est fou comme les perspectives changent rapidement pour peu qu’on y accole le mot «légal» et qu’on agite la tirelire!

Ce qui m’a fait rire dans ce titre – honneur au pupitreur! –, c’est le bout «leur part du gâteau». Pour avoir déjà mangé involontairement un gros morceau de gâteau au pot, finissant ma journée debout sur une chaise à danser comme un déchaîné, je n’ai qu’un conseil à donner à nos conseillers municipaux: allez-y mollo sur le gâteau!

Cela pourrait vous amener à faire des promesses que vous ne seriez pas en mesure de tenir!

***

Dernière trouvaille: un conseiller de St. Stephen s’objecte aux passages à piétons peints aux couleurs de l’arc-en-ciel, identifiées au drapeau gay.

Je ne sais pas d’où est jaillie cette idée de peindre les traverses à piéton aux couleurs du drapeau gay, modeste incitation à la tolérance envers les minorités sexuelles, mais si l’on veut sensibiliser les gens à la nécessité de s’ouvrir aux différences, c’est un geste positif.

Toutefois, il faut être conscient que ça ne mettra pas fin à l’homophobie qui sait très bien se travestir en arguments plus ou moins logiques pour se donner un look humaniste.

Tenez, pour le conseiller de St. Stephen, ce peinturlurage multicolore irait à l’encontre de ses croyances. Zut!

Il est vrai que certaines personnes n’aiment pas marcher sur les craques de trottoir pour diverses raisons psychologiques, mais je ne savais pas que cela pouvait aller jusqu’à vouloir interdire de peinturer de l’asphalte.

J’ignore comment il parvient à circuler sur des rues où il y a déjà moult lignes blanches et jaunes et bleues. Quel enfer il doit vivre!

***

Ciel, cette petite tournée paroissiale d’automne m’a fait du bien!

Nos vies sont confrontées à tant de situations confuses, alambiquées, tordues, épuisantes, qu’il est bon à l’occasion de prendre le temps de les mettre en perspective.

Oui, il y a les catastrophes mondiales, mais il y a aussi notre petit coin de pays où il fait bon vivre. Parfois, il n’en faut pas plus pour être heureux. Rendons grâce.

Han, Madame?