Brûler un pont, qu’est-ce que ça veut dire?

Lundi matin, à la une de l’Acadie nouvelle, la mosquée de Moncton tend la main aux citoyens. En page deux, les jeux vidéo et le cyberespace s’ouvrent aux personnes à mobilité réduite. Deux minorités, deux entités à besoins spéciaux.

Dans son principe créatif, le genre humain se dirige toujours plus vers l’inclusion. À tout considéré, nous sommes presque toutes des personnes à besoin spéciaux et quelque part, il existe une solution, une amélioration pour nous.

Un peu plus loin dans les pages du journal, l’éducateur philosophe Mathieu Lang explique en quoi la «problématisation» devrait être au cœur de l’éducation des jeunes d’aujourd’hui.

Il y a quelques semaines, un soixantenaire s’est arrêté à la vente de débarras que je tenais à Sainte-Anne-du-Bocage. Il avait l’air sympathique, prenait son temps. J’ai servi d’autres clients, puis il ne restait plus que lui et moi.

– Y construisaient solide dans ce temps-là…

Il admire les poutres au plafond, puis se met à secouer la tête à la négative:

– C’est comme le pont d’Inkerman. C’est sûr que c’est quelqu’un qui a mis le feu. Y a commencé partout en même temps, d’un bord à l’autre! Un feu commence pas de même d’habitude.

L’homme fait quelques pas, jette un oeil sur une autre table de «marchandise».

– On faisait des mauvais coups quand on était jeune, ben pas comme aujourd’hui. Asteure, les jeunes sont rendus sadiques.

Il évoque plusieurs incidents récents pour appuyer ce qu’il dit: destruction de biens, amis qui s’entretuent, agressions dangereuses. Il finit par blâmer la drogue et le manque de repères.

Mais l’homme est tellement désolé qu’il ne s’attarde pas à blâmer. Surtout, il souffre de constater à quel point sa Péninsule est gravement atteinte de ce mal: des jeunes pitoyablement désorientés. Je cherche un mot de soutien:

– En tout cas, c’est bon d’en parler.

Je voulais dire d’en parler publiquement, de dénoncer la situation. Mais l’homme le prit personnellement:

– Oui, ça fait du bien d’en parler…

Eh bien, en voilà un, un bon sujet de problématisation!