Jardin d’automne

J’ai récemment eu le loisir d’alléger notre plate-bande en vue de l’hiver. J’y ai passé trois heures absorbée dans mes pensées, abasourdie à la fin par la sécheresse du sol.

Chaque saison apporte son lot d’interrogations, n’est-ce pas? Ces pissenlits en terre, le gel va-t-il les tuer ou vont-ils dormir et redémarrer leur croissance au printemps? Et puis, fait-on grossir les citrouilles simplement pour montrer à quel point elles peuvent être grosses? Qu’y a-t-il de louable là-dedans? Pas de lutte contre l’obésité pour les citrouilles, en tout cas.

C’est vrai, j’ai un peu honte de notre exploitation des citrouilles. Et ces charrettes regorgeant de citrouilles sur le bord des routes… les citrouilles sont-elles comme les pissenlits, elles pousseraient de toute façon? La citrouille n’est-elle pas sous-consommée comme aliment? Pourquoi?

Autre question: comment se fait-il que l’on n’entende plus l’expression «retour d’âge» quand, il y a quelques dizaines d’années, il en était souvent question. Le phénomène est-il disparu? Éradiqué? Ou est-il tout bonnement enfoui dans le fond du panier, sous les démences de toutes sortes, les maladies technologiques et l’épuisement économique.

Je ne me serais probablement pas interrogée sur le «retour d’âge» n’eusse ai-je été prise dans son insolite tourbillon. Le plus déconcertant étant l’évidence qu’il faille à la fois en rire ET le prendre au sérieux.

Je n’ai pourtant pas l’impression de l’avoir cherché, comme on dit. Je marchais comme ça et puis tout à coup il y avait beaucoup de pelures de bananes partout. Dans ce cas, on ne peut plus avancer de la même façon. La suite dépend de l’instinct de chacun, plusieurs essayent de ne pas perdre l’équilibre complètement, de retomber sur leurs pieds malgré les entourloupettes.

S’il y avait moyen de capter et de canaliser l’énergie de cette deuxième jeunesse, celle des baby boomers notamment, notre province ne serait pas si gravement déficitaire sur le plan démographique. Des milliers de contributions possibles sont là, flottantes, gaspillées. Ce qui est bien dommage car là réside une multitude de micro-volcans en éruptivité, prêts à passer à l’action. n