La balloune n’est pas dégonflée

Après une semaine ou deux d’activités, un peu tout le monde s’entendait pour dire que la baloune des Wildcats de Moncton allait éventuellement se dégonfler.

Un mois s’est écoulé, mais les experts étaient catégoriques: cette équipe n’avait pas d’affaire parmi l’élite de la LHJMQ.

Les semaines ont passé et la majorité des observateurs attendaient la dégringolade.

Ça devait arriver d’une journée à l’autre, très bientôt, n’importe quand, avant longtemps, d’ici un match ou deux, certainement pendant le prochain voyage, probablement avant la fin d’octobre…

On attend encore…

Envers et contre tous, l’équipe de Darren Rumble continue de surprendre.

Les Wildcats occupent toujours le premier rang de la division des Maritimes et le troisième échelon du classement général avec un dossier de 13-7-2 (28 points).

Ils ne sont qu’à trois petits points des Remparts de Québec (15-6-1, 31 points) qui trônent au sommet.

Comment expliquer qu’une équipe qui a terminé bonne dernière en 2016-2017 avec une piètre fiche de 15-52-2-1 (31 points) ait pu opérer une telle métamorphose en si peu de temps?

Au hockey junior, ça prend habituellement deux ou trois ans pour transformer une formation de dernière place à une équipe de premier plan. Les Wildcats l’ont fait en seulement trois mois.

Pour expliquer ce tour de force, il faut d’abord parler du gardien Mark Grametbauer. Le portier néo-écossais connaît toute une saison, comme en témoigne son dossier de 12-5-1, sa moyenne de buts accordés par match 3,10 et son taux d’efficacité de ,904. Soyons clairs, il a volé quelques parties à lui seul depuis le début de la saison.

L’arrivée de nombreux agents libres de talent a également contribué à transformer cette équipe. Les Brady Pataki, Liam Dunda, Riley MacRae, Colton McKenna, Dylan Seitz et compagnie sont non seulement imposants physiquement, ils sont également très bons.

Le vétéran Dunda et l’imposant Seitz sont probablement les deux plus belles prises du directeur des opérations hockey, Roger Shannon. L’ajout du rapide défenseur Kyle Auger apporte aussi une nouvelle dimension au groupe de défenseurs.

Et que dire du rendement du trio de Mika Cyr, Jeremy McKenna et Jakob Pelletier? Les trois ont amassé pas moins de 64 points en 22 rencontres.

L’Acadien (13-14=27) occupe le 6e rang des meilleurs pointeurs du circuit Courteau, sur un pied d’égalité avec son coéquipier insulaire (13-14=27).

Le brio du jeune Pelletier (âgé de 16 ans) est particulièrement surprenant. Ses 20 points en 17 rencontres le placent au 3e échelon des meilleures recrues cette saison dans la LHJMQ.

Parlant des jeunes, on doit inclure les noms des défenseurs Jack Tucker, Jacob Arsenault et Jaxon Bellamy ainsi que des attaquants Jacob Hudson et Gerald Blackmore, qui devraient tous offrir du bon hockey à leur équipe pendant plusieurs années.

Imaginez donc ce que cette équipe pourrait accomplir avec la présence de Daniil Miromanov (qui évolue dans la KHL), Adam Capanelli (blessé à la cheville), Alex Khovanov (qui soigne une grave maladie) et un troisième joueur de 20 ans.

Pour le feu de paille, on repassera…