Le Blizzard a tout pour réussir

Les nouveaux propriétaires du Blizzard d’Edmundston répétaient depuis des mois que la communauté du Nord-Ouest avait faim de hockey junior et qu’elle était prête à appuyer leur équipe sans réserve.

Après les deux premiers mois de la vie des petits nouveaux, il faut bien admettre qu’ils avaient raison sur toute la ligne.

Les foules sont impressionnantes au fabuleux Centre Jean-Daigle et tous les joueurs interrogés disent sentir l’engouement pour le Blizzard un peu partout dans la région.

Les amateurs de hockey du Madawaska n’ont déçu personne et on peut déjà parler d’une équipe appelée à vivre une grande histoire dans son milieu d’adoption.

Sur la glace, le produit est de première qualité.

Après 19 rencontres, le Blizzard trône au sommet de la division Eastlink Nord du circuit des Maritimes avec une fiche exceptionnelle de 14-3-2.

On doit bien entendu donner beaucoup de crédit à l’entraîneur-chef Ryan Salvis et à toute l’équipe de direction pour ce départ canon.

Mais les partisans de l’équipe ne devraient pas oublier Jean-François Damphousse dans leurs prières.

L’ancien propriétaire aurait très bien pu vider l’organisation de ses jeunes et de ses choix au repêchage pour tenter le grand coup lors de la dernière saison des Commandos de Dieppe.

Une bonne performance de son équipe en séries lui aurait permis de limiter les pertes financières et de se rapprocher de l’équilibre budgétaire.

Mais Damphousse a été professionnel jusqu’au bout. Il n’a pas voulu hypothéquer les premiers pas du Blizzard dans le Ligue de hockey junior des Maritimes et c’est à tout son honneur.

Ce n’est pas un hasard s’il est devenu directeur général des Aigles Bleus de l’Université de Moncton. Des hommes de hockey de cette valeur, ça ne court pas les rues.

Il faut aussi parler des joueurs, qui sont la principale raison du succès instantané du Blizzard.

Plusieurs anciens Commandos connaissent une saison de rêve. On parle surtout des attaquants Kyle Ward (15-10=25), Logan Johnston (7-18=25) et Alexandre Jacob (6-17=23), trois patineurs qui ont passé du temps dans la LHJMQ.

Ce dernier doit commencer sérieusement à intéresser la direction du Bleu et Or (incluant son ancien patron) en vue de la saison prochaine. Sa rapidité pourrait devenir un atout important dans le jeu de l’entraîneur-chef Judes Vallée.

Deux autres anciens du circuit Courteau, soit l’attaquant Maxime Grandmaison (Olympiques de Gatineau) et le défenseur Alexandre Bernier (Sea Dogs de Saint-Jean), sont aussi des acteurs de premier plan sur cette nouvelle scène à Edmundston.

Ajoutons également à cette recette gagnante la recrue Liam Leonard. Le Terre-Neuvien qui a disputé quelques rencontres avec les Remparts de Québec se retrouve au quatrième rang des meilleurs pointeurs de l’équipe avec un dossier de 11-10=21 en 19 rencontres.

Quand on parle de conditions gagnantes, le Blizzard avait tout pour réussir.

Une direction compétente, des partisans affamés et fidèles, des joueurs de qualité un amphithéâtre à faire pâlir d’envie plusieurs équipes du junior majeur et une communauté qui ne demandait qu’à adopter les hommes en bleu, blanc et gris.

Les autres équipes de la ligue doivent aujourd’hui se demander: Olé, qu’est-ce qui se passe dans le Madawaska?